Bunaken, aquarium de poissons et de déchets

Bunaken, aquarium de poissons et de déchets

Arrivés exténués de notre trajet de retour depuis les îles Togian, nous avons dormi une nuit à Manado avant de reprendre le bateau pour l’île de Bunaken.

Découverte de Bunaken

Etant donné que ces temps-ci il y avait beaucoup d’orages et donc de vent et de vagues, nous n’étions pas sûrs de pouvoir prendre le ferry public pour rejoindre Bunaken. Heureusement, nous avons été abordés par Nathalie et Josiane, 2 Françaises quinquagénaires super cool dont on a beaucoup aimé le franc parler, avec qui on a très vite sympathisé et sommes allés au port pour partager un speed boat privé. Là, ça s’est un peu gâté car comme souvent quand il y a des touristes, les locaux ont essayé de nous la faire à l’envers en nous annonçant un prix plus élevé que le prix du bateau initialement donné. Notre malchance à ce moment là a été de tomber sur une vieille bique qui voulait absolument partir en nous mettant la pression et en cassant direct notre négo. Elle était tellement insupportable qu’on l’a laissée partir seule et qu’on a pris le bateau suivant tous les 4.

Notre 1ère impression de Bunaken depuis l’arrivée en bateau a été plutôt sympathique car il s’agit d’un petit village de pêcheurs très calme. On avait lu des articles sur la pollution ici et quand nous sommes arrivés, nous étions plutôt agréablement surpris de ne pas voir de déchets dans l’eau. Cette surprise changera bientôt de visage, vous lirez par la suite.

Arrivée sur Bunaken

Après avoir posé nos gros sacs chez Novita Homestay (merci Iris pour le bon plan), nous avons fait connaissance avec Novita et sa famille, des gens adorables, aussi avec les petites tortues qui barbotent dans une bassine ici avant d’être relâchées dans la mer quand elles seront assez grandes pour se défendre, les chiens dont Puma un petit chiot trop craquant, puis nous nous sommes un peu posés et avons visité le village de Bunaken. Celui-ci est plutôt charmant et se constitue de 2 parties séparées par une grande arche : l’une est protestante, l’autre est musulmane, les habitants ne se mélangent pas. Eglise super kitsch d’un côté, mosquée de l’autre, lumières de Noël chez les protestants, davantage de pauvreté chez les musulmans.

Novita Homestay

On profitera de la fin de journée avec Nathalie et Josiane qui nous ont offert une bière et qu’on remercie encore d’ailleurs pour ce bon moment passé ensemble 🙂

Claire avec des enfants du village

2ème jour à Bunaken, ou l’horreur de se retrouver dans une poubelle géante

Le lendemain nous avions opté pour une matinée snorkeling avec le père et le fils de Novita. Nous voilà donc partis en direction de la minuscule plage pour prendre une pirogue à moteur. Il nous a fallu à peine 2 minutes pour nous rendre compte que le paysage vu a veille n’avait plus rien à voir : tout mais absolument tout était jonché de détritus venus de Manado à cause du vent et des orages de la nuit. C’était horrible : la plage ne ressemblait à rien si ce n’est à une poubelle, on voyait partout dans l’eau flotter des morceaux de boix, de bambous, mais surtout des plastiques et aussi des chaises, des tables, des meubles et plein de déchets agglutinés… Quant aux habitants, on les voyait presque contents de faire « leur marché » en ramenant chez eux des chaises en plastique, des seaux et même des paquets de bouteilles de Fanta… Les enfants traînaient eux sur la plage en essayant de trouver des jouets.

La plage de Bunaken jonchée de déchets

Nos premières minutes de navigation ont été tout aussi attristantes puisque notre pirogue passait au milieu des déchets et de toutes ces particules plastiques super toxiques pour la faune sous marine qui vit en dessous. L’eau était tellement sale qu’on ne voyait rien et qu’on se disait que jamais on ne pourrait se baigner là-dedans. Arrivés au spot où l’on voit normalement plein de tortues, nous avons dû faire demi tour car c’était beaucoup trop sale pour rester là. Super, n’est ce pas ?

Une table qui flotte, normal

Nous sommes donc repartis pour nous arrêter devant le mur de corail entourant l’île de Siladen. L’eau n’était pas des plus claires mais c’était assez fou tout ce qu’on pouvait voir sous l’eau ! Un autre arrêt le long du mur de corail entourant l’île de Bunaken nous confirmera qu’il y a bien une seconde planète sous l’eau : un ballet incroyable de poissons en tous genres nous emportait où que nous soyons, c’était vraiment magique ! On a aussi vu plein de tortues, des poissons clowns dans des anémones de différentes couleurs, et puis des plongeurs qui pouvaient descendre plus bas le long du mur de corail (le tombant s’enfonce à plusieurs centaines de mètres de ce qu’on a pu lire).

Ballet de poissons
Poissons clowns dans une anémone

#MinuteCulture : le saviez vous ? Le corail est de la même famille que les méduses, il est donc urtiquant.. Attention à bien désinfecter si vous avez touché du corail pour éviter que cela n’empire.  Arnaud en a fait les frais 😉 #répugnant

Ca, c’est le pied d’Arnaud qui est allé un peu trop près du corail…

Quand on repense à tous ces déchets qui peuplent la surface de l’eau, à toute la pollution invisible des hydrocarbures et autres liquides toxiques déversés ici, et à tous ces coraux et ces animaux sous marins qui vont finir par mourir de la pollution humaine, on était vraiment dégoûté. De retour au village de Bunaken, nous avons filmé les déchets amoncelés sur la plage tellement c’était sale, dangereux et tout simplement choquant. On vous laisse juger par vous-mêmes :

Le soir, nous avons pu admirer un superbe coucher de soleil sur l’île et le volcan qui se dresse un peu plus haut au nord ; mais toujours avec plein de déchets dans l’eau, les déchets de la plage ayant repris le courant du fait de la marée haute.

Sunset sur Bunaken
Déchets
Déchets

En discutant avec Novita et sa famille, on s’est aperçu qu’ils étaient conscients du risque couru par la pollution et que les habitants de Bunaken semblent faire des efforts pour trier les déchets et utiliser de l’énergie renouvelable (on trouve une usine d’électricité solaire sur l’île et des poubelles pour faire le tri). Néanmoins, les déchets qu’ils renvoient à Manado sont rejetés par la mer sur leur île ; par ailleurs, on a pu constater à certains endroits que c’était quand-même assez sale… Enfin, le fils de Novita nous a appris que certains balançaient des cailloux pour casser les panneaux solaires…

Sunset sur Bunaken

Notre dernier jour à Bunaken : 35 degrés, 75% de taux d’humidité = on a vraiment trop chaud !!

On fera court sur cette partie : il faisait tellement chaud ce jour là qu’on a renoncé à marcher jusqu’à l’autre bout de l’île ce qui était notre plan initial – à savoir que sur la côte Ouest, le petit chemin qui passe dans la jungle n’est vraiment pas en bon état et donc n’est pas agréable. Il faisait même tellement chaud qu’Arnaud en a eu la nausée et a dû rester couché tout l’après-midi sans vraiment réussir à dormir tant la chaleur était accablante.

En bref, nous sommes ensuite repartis à Manado passer une dernière journée avant de quitter Sulawesi pour… le Vietnam !

Dernier jour à Sulawesi : petite visite dans un des méga mall de Manado

Avant de clore cet article, on partage une autre petite vidéo qui montre ce qu’on a vu sous l’eau :

Infos pratiques (taux de change : 10 000 IDR = 0,62 euro) :

  • Hôtel Célèbes à Manado, pratique car tout près du port : 190 000 IDR la chambre double avec ventilateur, 260 000 IDR la chambre double avec sdb et clim + petit dej ; l’hôtel est situé dans un quartier commerçant, près de plusieurs supermarchés et malls ce qui peut être pas mal pour les petites courses de voyage si besoin ! Pour info, Novita peut vous réserver une chambre en obtenant un discount avec sa carte membre.
  • Bateau Manado – Bunaken : le public boat passe normalement vers 14h, sauf le dimanche. Si le temps est agité, le trajet est annulé. Prix normal : 50 000 IDR / personne. Sinon, il est possible de prendre un private boat, prix valant 300 000 à 500 000 IDR selon nombre de personnes et facilité de négo.
  • Bateau Bunaken – Manado : le départ du public ferry se fait normalement à 9h, sur la jetée devant l’église du village. Pas de bateau le dimanche. Mêmes conditions tarifaires que ci-dessus.
  • Hôtel Novita Homestay à Bunaken : on vit vraiment chez la famille de Novita, des gens très gentils surtout le fils qui parle d’ailleurs très bien anglais ! Prix variant de 175 000 à 225 000 IDR / personne selon la chambre choisie et selon négo, en pension complète. Nous étions dans la chambre en haut avec terrasse et petite salle de bain, il faisait très chaud mais on était plutôt bien !
  • Autres logements possibles : Daniel’s Homestay, Kuskus Resort, Jonath’s Cottages. On ne connaît pas les prix mais ils semblaient bien.
  • Bien penser à retirer du cash à Manado car il n’y a pas d’ATM sur l’île. La connexion wifi quant à elle est très faible voire inexistante.

 

 

Commentaires

Commentaires

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up