Etape express à Saigon – Fin du Vietnam

Etape express à Saigon – Fin du Vietnam

Nous voilà de retour au Vietnam pour quelques jours, après notre semaine à Hong Kong et avant de rejoindre le Cambodge.

Nous ferons vite dans cet article : d’abord parce qu’on a vite fait le tour de la ville, ensuite parce qu’on était un peu crevé donc on a pas fait grand chose et surtout parce qu’on a un peu la flemme 🙂 (il faut dire que l’article précédent nous a demandé plus de 5h de travail… on imagine pas comme ça mais c’est du boulot !)

Découverte de Saigon = Ho Chi Minh City

Nous sommes revenus de Hong Kong très tard le soir, notre premier aperçu de Ho Chi Minh s’est donc fait de nuit. On aura été ravi de voir plein de rats déguerpir dans la rue à notre passage, apparemment ils sont bien nourris en se servant des restes du marché !

2ème impression le lendemain matin : les Vietnamiens du sud sont clairement beaucoup plus accueillants que dans le nord ! On ne nous avait donc pas menti 🙂 Il est certain que nos impressions sur le Vietnam auraient été différentes si on avait débuté notre voyage par le sud, mais c’est comme ça. Ca nous fait tout de même plaisir de voir les locaux plus souriants et plus sympathiques avec nous, et ici ils parlent bien mieux anglais donc c’est plus facile pour discuter.

Nous avons passé 2 jours pleins à Ho Chi Minh mais concrètement on a passé plus de la moitié du temps dans notre chambre d’hôtel (pas incroyable car sans fenêtre mais les logements sont plus chers ici que dans le reste du pays) car on était fatigué, on avait plein de travail avec la mise à jour du blog et l’organisation de nos prochaines semaines, et parce que la ville ne nous a pas vraiment emballés.

D’une part le temps n’a pas été clément : une brume nuageuse et de pollution a plombé le ciel de Saigon pendant notre séjour. D’autre part la ville est oppressante et fatigante à cause du trafic : ici c’est bien pire qu’à Hanoi, c’est pour dire !! Il y a 10 000 scooters dans la rue en plus des voitures, il y a plein de travaux partout (apparement le chantier du métro est prêt pour durer jusqu’en 2060…), on s’est même fait klaxonner et bousculer par des scoots alors qu’on était sur le trottoir et qu’ils roulaient là tout simplement pour doubler les autres conducteurs qui empruntent la route… ! Ajoutez à cela qu’il faisait 30 degrés, qu’il a bien plu le 2ème après-midi et juste avant de partir (ce qui fait qu’aujourd’hui on tente tant bien que mal de faire sécher nos chaussures complètement trempées et qui puent comme jamais), vous avez donc le portrait.

#MinuteCulture : appelée jusqu’en 1975 « Saïgon », la ville s’est appelée « Ho Chi Minh City » suite à la réunification du pays.

Parmi ce qu’on a vu à Ho Chi Minh City (HCMC pour aller plus vite) :

  • Le marché de Ben Thanh, qui est finalement un hall où s’enchainent les échoppes de souvenirs pour touristes ; le marché alimentaire est quant à lui tout petit.
  • La mairie de HCMC, devant laquelle trône la célèbre statue de Ho Chi Minh ;
Mairie et statue de Ho Chin Minh
  • L’opéra ;
Façade de l’opéra
  • Le boulevard Nguyen Hue, grande avenue piétonne ;
  • La rivière Saïgon, très polluée et dont les rives ne sont pas vraiment mises en valeurs…
Ici c’est l’équivalent de la Seine à Paris… !
  • La poste de HCMC, un très beau bâtiment d’époque coloniale avec de grands vitraux et qui a conservé son charme d’antan ;
  • La cathédrale de Saïgon (dans laquelle on n’a pas pu pas entrer), également un symbole de l’époque coloniale ;
  • Le palais de la réunification, devenu un grand musée dans lequel on découvre l’ex bureau du Président, des salles de réunion ou de banquet, d’anciens appartements ainsi que tout le bunker se situant au sous-sol… Assez impressionnant, on recommande.
Palais de la réunification
Palais de la réunification
Cherchez Arnaud
Dans le bunker du palais de la réunification
  • Et enfin, le musée des vestiges de la guerre, qui ne laisse pas indemne. Malheureusement, le musée est archi bondé et peu interactif ce qui est dommage car il gagnerait à mieux expliquer la chronologie des événements de la guerre et à montrer en vidéos des extraits d’époque. Les photos sont très nombreuses et accompagnées de textes écrits en petits caractères, pas toujours facile de tout lire vu le monde présent dans le musée. Néanmoins, la qualité des photos est indéniable et la vue de certaines d’entre elles est tellement insoutenable qu’on a du mal à tout regarder…
Le célèbre cliché de Nick Ut, un symbole de la guerre du Vietnam

#MinuteCulture : la guerre du Vietnam, ou 2ème guerre d’Indochine, a eu lieu de 1955 à 1975 et a opposé la partie Nord et la partie Sud du pays. En effet à cette époque, le pays était coupé en 2, entre la République démocratique du Vietnam au nord, soutenue par le bloc de l’Est et la Chine, et la République du Vietnam au sud, soutenue par l’armée américaine et appuyée par plusieurs alliés comme l’Australie, la Corée du sud, les Philippines ou la Thaïlande. La guerre est née de la volonté du Front national de libération du Vietnam (au nord) de réunifier le pays. Cette guerre a été le reflet de la guerre froide, opposant les Etats Unis aux pays communistes. Les Américains ont commencé à réellement prendre part au conflit à partir de 1965, l’armée a alors largement bombardé le pays et a utilisé des substances toxiques et fortement nocives, produits qu’elle répandait par avion. Parmi ces substances : le dénommé Agent orange mêlant 2 molécules d’acides extrêmement toxiques et produit notamment par Monsanto, a été responsable de dommages extrêmement graves voires mortels subis par la population vietnamienne mais aussi par les soldats viets et americains présents sur place (cancers, malformations, inexistence de certains membres…). Le musée montre certaines photos absolument atroces de victimes de l’Agent orange, et ce jusque dans les années 2000 puisque les effets de contamination se sont parfois produits bien après la guerre. En 1973, alors que le conflit s’enlisait et que l’image de l’Amérique était au plus bas dans l’opinion publique, les Accords de paix de Paris décident d’un retrait des troupes américaines. Une ultime offensive du Nord Vietnam contre le sud du pays en 1975 amènera le pays à la réunification. Au total, selon les chiffres donnés par le musée : 3 millions de Vietnamiens ont trouvé la mort durant ces 2 décennies de guerre (dont 2 millions de civils), 2 millions de personnes ont été blessées (que ce soit par les bombes explosées pendant la guerre ou les mines ayant explosé après, ou encore à cause de l’Agent orange), enfin 300 000 personnes ont été portées disparues.

(Sur la photo à droite ci-dessus, on aperçoit 2 corps d’hommes vivants traînés par un camion jusqu’à la mort. Toutes les photos sont du même ordre voire pire, nous n’allons pas en mettre davantage et vous comprendrez pourquoi…)

On a aussi été dans un centre commercial histoire de voir à quoi cela ressemble mais nous n’y serons pas restés longtemps. Enfin, il y a quelques grands buildings à Saigon ce qui contraste avec les petits boui boui de rue, cela donne une impression assez étrange de contrastes entre vieux et moderne, mais surtout on voit bien que tout est en construction et que la ville se bâtit pour le futur !

Gastronomie à HCMC

Après toutes nos découvertes culinaires du nord et du centre du Vietnam, nous souhaitions finir notre voyage en beauté en goûtant aux spécialités que nous n’avions pas encore trouvées. Ici, il faut noter que tout est plus sucré, les saveurs et les bouillons n’ont pas le même goût qu’ailleurs et les plats ressemblent davantage à ceux que l’on trouve en France !

Parmi ce qu’on a goûté, on trouve :

  • Le bun rieu = soupe de nouilles à la chair de crabe, avec des boulettes de tofu frit et toujours pas mal d’herbes aromatiques. Ce n’est pas le meilleur des plats viet avouons-le.
Bun rieu
  • Le pho bo kho = notre plat préféré au Vietnam ! On adorait en manger dans notre cantine vietnamienne à Paris (Hawaï avenue d’Ivry, on sait le nom n’a rien de viet mais leur cuisine est juste à tomber) et on était trop content d’en retrouver ici, le goût était exactement le même ! Il s’agit d’une soupe de type ragoût avec du boeuf braisé (comme dans un pot au feu en fait), des nouilles de blé, des morceaux de carottes et un bouillon de couleur orange très parfumé dans lequel on ajoute des pousses de soja et plein de basilic thaï. C’est plus lourd que les autres plats de type pho ou bun bo mais c’est surtout délicieux !! A noter que les Vietnamiens le commandent aussi avec une petite baguette de pain, dont ils trempent les morceaux dans le bouillon 🙂
Le pho bo kho

Comme on était en manque de bonne viande et de bouffe française, on s’est aussi permis un petit écart en allant déguster de supers bons burgers chez Marcel gourmet Burger, un tout petit resto ouvert il y a 3 mois à peine et monté par un Français expat. On a même pu le rencontrer, Alex de son prénom, très cool et qui nous a raconté son histoire et son projet. On aura dégusté un burger à la raclette ainsi qu’un burger au pain noir (fait à base de charbon de bambou, paraît que c’est plus facile à digérer !) et fourré au brie parfumé à la truffe… Les frites étaient super bonnes aussi, bref c’est une adresse que l’on recommande les yeux fermés !

Bon app !
Vous comprenez pourquoi on était content :))))

En bref, le Vietnam c’est fini, on part direction le Cambodge !

Infos pratiques (taux de conversion : 100 000 D = 3,71 euros) :

  • Pour se rendre à HCMC centre ville depuis l’aéroport : bus 109, 20 000 D / personne, toutes les 20 minutes environ
  • Logement Spotlight Hotel : 17$ / nuit pour une chambre double avec petit dej et sdb, staff très sympa
  • Musée de la guerre : 40 000 D / personne
  • Palais de la réunification : 40 000 D / personne
  • Pour manger un bon pho bo kho : resto Pho Quynh où il est excellent ! Prix du plat : 65 000 D et la portion est + que complète
  • A savoir : à Saigon certains restos font payer les petites serviettes en papier et ce sans prévenir du prix à l’avance !!

 

Commentaires

Commentaires

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up