Je t’aime Angkor mais prends garde à toi !

Je t’aime Angkor mais prends garde à toi !

Après notre super escale à Battambang, nous avons rejoint le highlight du Cambodge : les temples d’Angkor. Y étant déjà allée en 2014 j’avais gardé en tête des images incroyables des temples et on était impatient de les redécouvrir tous les 3.

L’une des portes de la cité d’Angkor Thom

#MinuteCulture : Angkor est un site archéologique hors du commun composé d’un ensemble de temples, ruines, réservoirs et systèmes hydrauliques dont la construction remonte à plus de 500 voire parfois plus de 1 000 ans. Angkor fut en effet la capitale de l’empire khmer du IXème au XVème siècle. Par chance, les temples ont été épargnés des bombardements de la guerre et des destructions sous le régime Khmer rouges, certains ont néanmoins été pillés quand d’autres sont aujourd’hui bien abîmés notamment du fait de l’érosion, des pluies et de la végétation.

Après avoir posé nos sacs à l’hôtel (où le personnel malheureusement était à la ramasse, mais on ne s’étendra pas la dessus), on avait plus qu’à définir notre programme des 4 prochains jours : temples, temples et temples ! C’est parti donc pour un petit tour de ces merveilles architecturales 🙂

Arnaud et notre chauffeur de tuk tuk le jour 3

Jour 1 : le petit circuit, à vélo

Pour se représenter bien la chose il faut savoir que les temples d’Angkor sont répartis sur plusieurs hectares et qu’il est impossible de tout visiter en une journée ! A vélo, en tuk tuk, en minivan, en voiture ou en bus : on a l’embarras du choix pour visiter le site ; après, tout est une question d’envie, de budget et de temps. Nous, on a choisi de varier les plaisirs !

Pour mieux comprendre comment ça se passe, on vous glisse une carte ici :

A l’origine on avait décidé d’acheter nos pass le 1er soir lors de notre arrivée et d’entrer sur le site pour admirer le coucher de soleil à Angkor Wat.

#Astuce : en achetant ses billets après 17h, on peut rentrer gratos le 1er soir, le billet n’est comptabilisé qu’à partir du lendemain.

Mais les choses ont bien changé depuis 4 ans ! La billetterie ayant changé de place, on s’est pointé au ticket counter pour finalement devoir faire demi tour pour s’acquitter de nos droits d’entrée plus loin. Raté pour le coucher du soleil, on retentera le coup plus tard ! Autant le dire tout de suite : la billetterie qui comptait avant 10 caisses en compte désormais… 50 ! Et le pass 3 jours qui coûtait avant 40$ coûte désormais… 62$. Aïe aïe les finances ! Et nous vu qu’on est des fous, on a carrément pris un pass 7 jours pour 10$ de plus par personne. Sur ce, on pouvait vraiment démarrer 🙂

Notre 1ère journée en vélo a été dense et bien sport ! On aura choisi de faire la boucle (17 km une fois entrés sur le site qui est lui à plusieurs km de Siem Reap) en sens inverse du sens traditionnellement pris par les touristes, ce qui nous aura permis de visiter :

  • Prasat Kravan (un des plus anciens et des plus petits)
  • Banteay Kdei, encore peu visité et magnifique avec ses apsaras sculptées (= nymphes ou danseuses)
L’une des portes de Banteay Kdei
Nous dans Banteay Kdei
  • Srah Srang, l’équivalent d’une piscine olympique en beaucoup plus grand
  • Ta Prohm, LE temple super connu du site grâce au film Tomb Raider
Ta Prohm
Ta Prohm
  • Ta Keo, grande pyramide de pierre presque rouge le matin et le soir
 Ta Keo
Sur Takeo
  • Thommanon et Chau Sey Tevoda, des sites assez petits mais intéressants
  • La cité d’Angkor Thom avec : la terrasse des éléphants, la terrasse du roi lépreux, l’ancien palais royal (dont il ne reste quasiment plus rien), le fabuleux Baphuon puis le mystérieux Bayon
Vue depuis le haut du Baphuon
Au sein d’Angkor Thom
  • Et enfin, petit clou du spectacle de cette 1ere journée : Angkor Vat au coucher du soleil. On aura surtout admiré la lumière de fin de journée sur le temple, se disant qu’on reviendrait le visiter avec plus de temps un autre jour.
Angkor Vat au soleil couchant
Bonzes à Angkor Vat

Ce 1er jour nous aura bien mis l’eau à la bouche pour le reste !

2ème jour : les temples éloignés, en voiture

Ce jour là, nous avons décidé de rejoindre en voiture différents temples à l’écart du circuit de visite classique. La lumière au petit matin était sublime !

Sur la route à 7h du matin

On a donc visité Banteay Srei, encore appelé « lady temple » (on estime que seules des femmes ont pu réaliser ce chef d’oeuvre), temple admiré pour la finesse de ses bas reliefs et de ses statues mais aussi pour son grès rose qui lui donne de magnifiques couleurs ; Malraux notre ancien ministre de la culture y a même volé un bas relief a l’époque, le vilain ! On a eu la chance de visiter le temple à 8h du matin quasiment à l’ouverture et presque tout seuls avant que les cars de touristes ne débarquent, c’était vraiment top. Les environs de Banteay Srei sont également très jolis car on découvre des rizières, des champs, une rivière et quelques barques avec à plusieurs endroits de quoi se poser au soleil pour profiter du calme de la campagne.

Banteay Srei au petit matin
Bas relief de Banteay Srei

Ensuite nous avons mis le cap sur Beng Melea, un temple détruit en grande partie où, un peu comme au Ta Prohm, la nature a repris ses droits. On devine bien la splendeur que ça devait être à l’époque même si maintenant beaucoup de pierres se sont écroulées. En 2014 il était possible de se balader dans les galeries et sur les ruines ; aujourd’hui que nenni ! Il faut emprunter une passerelle en bois de bout en bout, plus question de se prendre pour Indiana Jones… ce qui dans un sens est finalement positif car cela abime moins les pierres et cela pourrait sinon être dangereux. Le charme de ce temple est cependant un peu altéré par des groupes de touristes dont certains ne respectent pas du tout la quiétude du lieu en parlant très fort…

Beng Melea
Porte à Beng Melea

On aura profité d’une petite pause le midi pour faire un stop dans un marché local :

Enfin, sur le chemin du retour, nous avons découvert l’ensemble des Roluos qui sont en fait des temples datant de l’époque pré-angkorienne. Leurs briques et le grès sont très beaux ! On y trouve :

  • Lolei, actuellement en restauration
  • Preah Ko, très joli
  • Et Bakong, temple montagne (= temple édifié d’une ou plusieurs tours représentant le Mont Méru selon la cosmopologie hindouiste) faisant penser un peu à Angkor Vat en beaucoup plus petit et bordé par une pagode. On y trouve plusieurs arbres en fleurs ce qui lui donne beaucoup de charme !
Bakong

Au cours de cette journée on aura eu la chance de vivre un moment assez magique puisqu’on se sera retrouvé « invité » dans une petite fête locale… bon en fait on a un peu squatté 🙂 Comme on était intrigué par la musique émanant d’un lot d’habitations on a fait notre chemin pour finalement tomber sur des Cambodgiens en train de profiter joyeusement de leur dimanche 🙂 la musique à fond de balle, les femmes dansaient et les hommes étaient plutôt ronds comme des ballons ! Ils nous auront offert des bières et des fleurs et j’aurai (Claire) pu apprendre quelques pas de danse traditionnelle. Un super moment inattendu !

Avec les Cambodgiennes lors de leur week end party
Idem 🙂
Cadeau ! (ce sont des fleurs de frangipanier, rien à voir avec la frangipane 😉 )

3ème jour : le grand circuit, en tuk tuk

Allez hop, de nouveau sur la route à 7h du matin cette fois ci en tuk tuk !

Là aussi on a décidé de prendre le circuit (26 km) en sens inverse du sens touristique, ce qui nous a permis de voir :

  • Srah Srang, de nouveau oui oui, avec une superbe lumière d’après lever du soleil
Sunrise sur Srah Srang
  • Eastern Mébon
  • Pre Rup, un temple montagne construit avec de très belles briques
    East Mebon
Nous 3 devant le Pre Rup
En bas du Pre Rup
  • Ta Som, connu pour sa porte d’entrée magnifique et dont la visite était très agréable
  • Neak Pean, placé au milieu d’un bassin sur la symbolique des naga (serpents) enroulés, et auquel on accède par un passerelle en bois au dessus d’un grand réservoir d’eau parsemé d’arbres tel une forêt inondée. C’est poétique et magnifique !
Forêt inondée devant Neak Pean
  • Preah Khan, ancien palais khmer encore très bien préservé, peu visité, où on peut encore observer la nature reprendre ses droits mais aussi où on a pu écouter les oiseaux et les feuilles des arbres tomber. En un mot : magique !
Une des portes d’entrée de Preah Khan
Petite pause au Preah Khan
Preah Khan
  • Et pour finir le tour, on s’arrêtera de nouveau au Bayon qu’on avait visité au pas de course la 1ère fois. Avec ses 37 tours (il y en avait avant 54) et ses visages (216 au total) sur chaque face de chacune des tours, le Bayon est le symbole du temple montagne et reste le plus énigmatique de tous ! Enfin (et c’est peu admiré finalement), ses fresques et ses bas reliefs sont tout simplement admirables.
Une des tours du Bayon
Détail d’une fresque du Bayon

4ème et dernier jour : de nouveau le petit circuit, en vélo

Ce jour là on a bullé à la piscine avant d’enfourcher de nouveau nos vélos pour faire quelques dernières visites 🙂

Au programme :

Angkor Vat, LE temple le plus visité et le plus emblématique du Cambodge. Ce sont ses tours qu’on voit sur le drapeau du pays ! C’est aussi l’attractrion n°1 sur Tripadvisor de TOUTE l’Asie du Sud Est ! Pour se rendre compte de la chose, il faut imaginer qu’il a fallu 300 000 travailleurs et 6 000 éléphants pour achever sa construction en seulement 37 ans… contre 1 siècle pour Notre Dame de Paris à la même époque ! Pour certains c’est le must see à Angkor, pour d’autres c’est un peu la déception après l’avoir tant vu en photo sur internet pour s’apercevoir que ses tours sont finalement bien grises voire noires avec le travail du temps. Lors de notre passage une des tours était en restauration, ça arrive… En tous cas même si ce n’est pas notre temple préféré, on a pas pu rester indifférent ! Les fresques de ses galeries sont assez incroyables et ne sont quasiment pas visitées. La vue d’en haut sur l’enceinte est plutôt canon. Puis pour avoir un bon Kharma on a fait une petite offrande à l’un des buddhas couchés du temple 😉

Angkor Vat
Angkor Vat
Un bonze devant l’une des galeries d’Angkor Vat

Puis on est repassé par Angkor Thom notamment pour voir le tout petit mais superbe Preah Palilay en étant quasiment seuls.

Preah Palilay

On terminera cette journée par une nouvelle visite du Ta Prohm au soleil couchant pour profiter du temple sans trop de touristes (bon il y avait quand même pas mal) jusqu’à sa fermeture. Les couleurs étaient tellement belles et l’enchevêtrement des arbres et des branches avec le temple tellement impressionnant qu’on était heureux de finir Angkor sur cette visite !

Ta Prohm
La tête de buddha cachée au milieu du tronc d’arbre

Nos temples préférés

Pour être franc, on avait potassé pas mal de blogs avant de venir en essayant de trouver les trucs et astuces pour espérer la meilleure visite possible sur place. En fait la seule chose qu’on peut dire c’est qu’il ne faut pas toujours se fier aux écrits ou aux photos (en tous cas pas sur tout) et qu’il faut se faire sa propre expérience car le ressenti qu’on a en visitant les temples d’Angkor est vraiment variable ! Selon l’heure et la lumière du jour, selon le sens de la visite, selon la saison (sèche ou mousson), selon son moyen de locomotion et surtout selon qu’on tombe sur plein de groupes de touristes ou pas… on peut passer de la magie à parfois une certaine déception. Mieux vaut donc se faire son propre avis !

J’avais adoré Beng Melea en 2014 et pourtant cette année le charme n’a pas opéré de la même façon, normal en fait 🙂

Parmi les temples qu’on a vraiment aimés, on pourrait citer :

  • Ta Prohm, surtout en fin de journée et avec le moins de touriste possible
  • Preah Khan qui nous a vraiment enchantés (là aussi car on était au calme)
  • Le Bayon avec ses visages au sourire énigmatique (mais on a lutté contre les Chinois pour profiter du lieu)
  • Banteay Srei pour la finesse de ses bas reliefs
  • Le réservoir rempli d’arbres menant à Neak Pean qui donne de la poésie à l’espace
Bonzes devant Ta Keo au soleil couchant

Pourquoi on a pas fait le lever de soleil sur Angkor Vat

Normalement admirer le sunrise sur Angkor Vat fait partie des incontournables quand on vient à Angkor. Pourtant on a pas souhaité le faire. Pour ma part je l’avais fait en 2014 et c’était certes très beau mais il y avait déjà à l’époque beaucoup beaucoup de touristes. Désormais (surtout maintenant en haute saison et à l’approche du nouvel an chinois) c’est juste blindé, il faut arriver le plus tôt possible et faire la course pour se poster au point le plus stratégique pour avoir le meilleur reflet possible pour LA photo à prendre. Le tout serrés comme des sardines (sans boite). En fait ce n’est pas vraiment notre conception du lever de soleil au calme, on a donc passé notre chemin.

Sunrise sur Angkor Vat en 2014

En revanche il est clair que les lumières en début et en fin de journée sont magnifiques et donnent un charme incroyable aux temples !

En définitive sur les temples d’Angkor : nos déceptions et nos craintes

Il faut être honnête, on a adoré cette étape du voyage pour la beauté et la grandeur des templesc’est quand même un des sites religieux et architecturaux les plus impressionnants d’Asie, avec les temples de Bagan en Birmaniemais certains points nous ont un peu chiffonnés ou interrogés.

Déjà on a eu beaucoup de mal à comprendre où vont les 72$ qu’on a chacun dépensés pour nos pass. Le plus gros du travail de restauration des temples a été fait par le passé, et le travail actuel est souvent co financé par d’autres pays comme l’Inde, le Japon, l’Allemagne ou la France. On a pas non plus compris pourquoi Beng Melea n’était pas compris dans le pass ? Ni pourquoi les infrastructures dans l’enceinte des temples n’avait pas changé alors que le prix du billet a quasi doublé en 2 ans : il n’y a quasiment pas de toilettes sur le site ni de panneaux explicatifs… le musée retraçant l’histoire d’Angkor n’est même pas compris dans le prix du pass (c’est 12$ en plus, à bon entendeur) et… on ne reçoit même pas de carte ou de brochure permettant de bien resituer les temples sur le site ! On a eu beau chercher sur internet différentes informations officielles, on a pas trouvé grand chose… c’est assez opaque comme souvent dans ce pays 🙁

Par ailleurs et toujours dans cette continuité on a été frappé de voir que la plupart des habitants logeant à proximité des temples se trouve dans une grande précarité. On a vu pas mal d’enfants chiffoniers ramasser les ordures des touristes pour les revendre et gagner un peu d’argent, ou encore plein d’autres enfants nous suivre avec insistance pour nous vendre livres et cartes postales. A croire que les locaux cambodgiens ne bénéficient pas du tout des recettes générées par ce gros business touristique qu’est devenu Angkor ?

Car oui, on peut bien parler d’un gros business à voir la tête des guichets d’entrée, du nombre de bus qui transportent des milliers de touristes et des immenses resorts poussant comme des champignons à Siem Reap et donnant au lieu un air de Disneyland. On en a déjà parlé parfois mais ici on a été plus que choqué par le comportement des touristes chinois qui se croient comme à la maison et qui monopolisent l’espace pour faire 50 fois la même photo. Des panneaux indiquent à chaque entrée (ou presque) des temples qu’il faut respecter certaines règles de bonne conduite comme être couvert au niveau des épaules et des cuisses ou encore comme être silencieux.

Extrait d’un panneau illustrant les règles de bonne conduite à avoir à Angkor

Les Chinois ne connaissent culturellement pas le silence et il était vain pour nous d’essayer de leur demander de faire moins de bruit (ma mère s’y est essayée.. un grand moment !). D’ailleurs même les gardes semblaient résignés et se mettaient à l’écart des groupes… Notre chauffeur de tuk tuk n’a pas mâché ses mots quand il nous a dit ne pas aimer les Chinois qui voyageaient en groupe en bus (de compagnie chinoise bien sur) et logent dans de gros complexes hôteliers chinois, et à cause de qui lui et ses collègues avaient vu leur business se réduire considérablement. Bien dommage quand même !

Autre petit coup de gueule : sur la pollution, le trafic et l’état des routes puisqu’à Angkor ça tourne à plein régime ! On ne sait pas quel visage auront les temples dans quelques années à cause des dégâts liés aux particules fines, on sait en tous cas qu’on a parfois un peu souffert en respirant à vélo tous ces gaz bien noirs et qu’on aura failli se faire rentrer dedans par des minibus dont les chauffeurs ne se genaient pas pour nous faire des queues de poisson !

Enfin pour ma part je n’ai pas reconnu la ville de Siem Reap qui a été littéralement transformée ces dernières années… tout semble ici en construction et le développement se fait de façon anarchique si bien que les Cambodgiens semblent complètement dépassés. Cette ville avec sa Pub street (= la rue de la soif et de la débauche), ses marchés de nuit vendant tous les mêmes babioles, ses restos a touristes etc n’a absolument rien à voir avec le Cambodge typique.

Un article tout juste paru dans Le Monde reprend bien tous ces points et on a eu envie d’en citer quelques passages :

« Aujourd’hui la cohue ternit la visite des trois temples phares – Angkor Vat, le Bayon et le Ta Prohm –, vers lesquels se précipitent, en rangs serrés, des groupes compacts, souvent mobilisés par leurs selfies. Non loin, des dizaines de monuments demeurent déserts. (…)

A bord du tuk-tuk qui bringuebale le visiteur dans les embouteillages au retour de la forêt, impossible de respirer tant la pollution est dense. Une situation qui va de pair avec le développement anarchique et bricolé de Siem Reap, la charmante ville provinciale dont dépend Angkor, qui disparaît sous les constructions hétéroclites. (…)

Tandis que les 120 000 habitants des 112 villages, situés près des temples et maintenus dans le parc archéologique après le classement Unesco, sont, eux, laissés à l’écart des retombées économiques. (…)

Mais la fête ne fait pas oublier la misère des villages du parc archéologique. Où la plupart des maisons n’ont ni toilettes ni eau courante, pas même l’électricité. Où la population reste en marge du succès touristique : 97 millions de dollars (78 millions d’euros) de recettes en 2017 pour Angkor Entreprise, gestionnaire de la billetterie. (…)

En 2017, un million de touristes chinois ont visité Angkor – le double dans deux ans, prédit Sum Map, le directeur de l’Apsara. Déjà, dix compagnies aériennes chinoises desservent Siem Reap, avec cinquante vols par semaine. En 2016, le trafic de l’aéroport a augmenté de 22 %. Pour les Chinois, Angkor est l’équivalent de Venise pour les Européens.

Angkor, la « machine à cash » du Cambodge dont parle Francesco Bandarin, le sous-directeur général pour la culture à l’Unesco – qui a achevé son mandat fin janvier –, reste un laboratoire à ciel ouvert, un modèle pour Palmyre, Alep, Nimroud ou Mossoul, au Proche-Orient. A condition de ne pas enrayer la machine. « Nous avions rêvé d’une stratégie que nous n’avons pas encore mise en place », constate Azedine Beschaouch. ­Annoncé en 2014, le plan de gestion du tourisme se fait en effet, toujours attendre. » 

On espère qu’un développement raisonné (visites avec quotas, transports à énergie propre…) permettra de conserver la magie et la splendeur des temples.

Pour avoir un aperçu du monde qu’il y a à Angkor, voici quelques photos des temples avec les touristes :

La folie des perches à selfie !
Bon à côté y en a qui font des sales tronches… 🙂

Dans les environs de Siem Reap : les villages flottants

Un des autres points d’intérêt dans la région de Siem Reap est de visiter un ou plusieurs villages flottants. Nous avons fait l’impasse là dessus car les tarifs du bateau nous semblaient bien trop chers et qu’on était pas dans la bonne saison pour le faire. En saison des pluies par contre, c’est vraiment à faire notamment car avec la forêt inondée, c’est magique !

Forêt inondée (photo prise en 2014)
Forêt inondée (photo prise en 2014)

Petite mésaventure dans un salon de massage à Siem Reap

Pour finir en beauté cet article on voudrait relater une petite anecdote qui est arrivée ici à Arnaud (décidément, après le durian !). On était parti tranquillement se faire masser, lui ayant été mis à part pour un khmer massage. Il faut imaginer la scène avec Arnaud qu’on emmène dans « une pièce » avec des matelas par terre et entourée de rideaux. Là Arnaud se met en caleçon, ready pour le massage, quand soudain il voit s’attrouper autour de lui 5 nanas qui commencent à le toucher dont une qui lui chuchote à l’oreille « lady massage for you, 35$ ». Arnaud, déjà mal à l’aise par la situation a peur de comprendre le sous entendu et quitte la pièce très énervé (comme jamais !) en refusant catégoriquement que les choses aillent plus loin. En fait (si vous n’avez pas compris) le lady massage désigne souvent un massage avec happy ending également appelé massage avec finition : un massage sexuel en somme ! On aura vite déguerpi pour qu’il se calme finalement avec un massage des pieds dans un autre « salon » de rue (le comble étant qu’il a eu droit à un documentaire sur Angkor à ce moment là !).

Cette anecdote peut sembler anodine comme ça mais elle reflète malheureusement ce qui se passe au Cambodge et particulièrement à Siem Reap où il est fréquent que les hommes se fassent proposer des « lady boum boum massages ». On avait abordé ce sujet dans notre article sur Battambang, la prostitution est un vrai fléau ici et souvent on trouve des prostituées dans les bars, boîtes, karaokés et dans les salons de massage.

Sur cette histoire un peu cocasse notre article sur Angkor prend fin, ainsi presque que notre séjour au Cambodge ! Nous repassons rapidement à Phnom Penh avant de remonter vers notre prochaine destination : le Laos.

Un dernier coucou

Infos pratiques (taux de conversion : 1$ = 0,80 euro ; 4 000 riels = 1$) :

  • Trajet Battambang – Siem Reap avec Mekong Express : 6$ / personne, 4h de route
  • Hotel Unique Angkor Villa à Siem Reap : 20$ / nuit avec petit dej, à déconseiller car le staff n’était pas pro et les équipements vieillissants. Apparemment il est désormais mieux de loger à l’est de la rivière, où l’on découvre presque un autre Siem Reap
  • Location de vélo : 2$ / jour
  • Prix du pass pour Angkor : 40$ pour 1 jour, 62$ pour 3 jours (pass utilisable sur une semaine avec 3 jours non forcément consécutifs), 72$ pour 7 jours (utilisable 1 mois avec 7 jours non forcément consécutifs)
  • La billetterie se trouve à l’est de la ville
  • Ouverture des temples : de 7h30 à 17h30 pour la plupart sauf pour Angkor Vat à partir de 5h30 et Pre Rep et Phnom Bakeng jusqu’à 19h
  • Petit circuit en tuk tuk : 15$
  • Grand circuit en tuk tuk : 18$
  • Grand tour en voiture (Banteay Srei – Beng Melea – Roluos) : 60$

Commentaires

Commentaires

Une réaction au sujet de « Je t’aime Angkor mais prends garde à toi ! »

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up