Noël et autres (mauvaises) surprises dans le Nord du Vietnam

Noël et autres (mauvaises) surprises dans le Nord du Vietnam

Sulawesi c’est fini ! Après avoir dit au revoir à la ville de Manado nous avons enchaîné 3 vols pour rejoindre Hanoi au Vietnam (20h de trajet au total). On se souviendra de nos quelques heures d’attente nocturne à l’aéroport de Kuala Lumpur en Malaisie qui n’étaient pas des plus agréables mais youpi, nos passeports ont eu 2 nouveaux petits tampons 🙂 d’ailleurs pour l’anecdote les douaniers vietnamiens n’ont pas vérifié que nous avions un e-visa de 30 jours… Nous avons dû retourner les voir pour corriger la date limite de séjour indiquée dans nos passeports ! #çacommencebien

Premier soir au Vietnam

Petite escale à Hanoi

Pour débuter notre séjour au Vietnam, nous avions prévu une escale d’un jour à Hanoi sachant que nous y reviendrons pour fêter le nouvel an. Nous avons atterri dans un airbnb plutôt stylé dans le quartier aussi plutôt stylé de Truc Bach, une petite presqu’île au bord d’un grand lac à Hanoi. On était tellement crevé qu’on a surtout dormi mais on a profité de quelques heures debout pour visiter le quartier et un peu l’ancien centre historique d’Hanoi.

Truc Bach

Ici ça grouille de vie de partout ! Les feux de circulation ne marchent pas donc traverser à pied est toute une épopée et des milliers de scoots et de vélos transportant des marchandises envahissent les rues. C’est un peu le bordel en gros ! Les immeubles ou maisons s’empilent les uns sur les autres, ils font environ 3m de large et sont tous de couleurs différentes, ce qui donne au final un tableau plutôt sympathique. Et puis le trottoir c’est tout simplement the place to be, tous les locaux s’y retrouvent pour manger de la street food pas chère et délicieuse assis sur de minuscules chaises en plastique. On a donc fait comme eux 🙂 c’est comme ça qu’on a goûté des plats super bons comme le phò (le plat typique vietnamien, une soupe de nouilles de riz avec des lamelles de boeuf et des herbes, le tout cuit dans un bouillon qui mijote – normalement – pendant des heures), les pho cuon (petits morceaux de porc, coriandre et salade enroulés dans de fines galettes de riz) ou encore le bun cha (morceaux de porc cuits au barbecue servis dans une soupe avec des vermicelles de riz, des carottes et des herbes aromatiques : trop bon !) et bien sûr les nems (qui n’ont rien à voir avec ceux qu’on trouve en France et qui sont délicieux aussi !). Sans oublier qu’on a aussi goûté le « egg coffee », la spécialité de Hanoi qui consiste à recouvrir un café noir d’une sorte de mousse aux oeufs avec un peu de sucre et probablement de cannelle (en tous cas ça en avait le goût). En bref, en un jour on a beaucoup et bien mangé ! 🙂 De quoi avoir pour Claire une nouvelle petite turista, classique pour nous dès qu’on débarque dans un nouveau pays…

Bun cha, nems et lait de soja frais

Jusque là, tout allait bien. 

Roadtrip dans la province de Ha Giang

Jour n.3 au Vietnam, on était hyper content ce jour là car on allait retrouver Pauline et Ludo qu’on avait rencontrés en Amérique du sud, alias nos gogoles préférés – on ne peut pas dévoiler ici tous nos secrets mais ce surnom fait référence à Southpark qui baigne nos réveils chaque matin ou presque avec eux :). On avait booké une voiture avec chauffeur pour visiter la province de Ha Giang au nord à la frontière avec la Chine (trop froid et trop dangereux actuellement pour le faire en scooter), tout ça grâce à Hue notre hôte dans notre airbnb stylé de Hanoi. On lui avait fait confiance, c’est là qu’on a fait une grave erreur.

Retrouvailles entre gogoles

Après des retrouvailles fort sympathiques entre gogoles nous avons pris la route aux côtés de notre chauffeur : un Vietnamien de 60 ans aux goûts vestimentaires plus que douteux (= un mélange de kitsch, de bling bling, de contrefaçon et de mauvais goût, en bref il était sappé comme jamais) homme des plus mal polis qui soit et qui ne parlait pas anglais sauf pour nous dire « eat » ou « stop » qu’il prononçait « chetop »… Hue nous avait promis un driver funny, parlant un peu anglais et connaissant parfaitement toute la région et les bons plans pas chers locaux, avec qui on aurait de l’interaction pendant nos repas ou en voiture : on peut dire que notre driver était tout l’inverse de cette description idyllique et jamais sauf le dernier jour (peut être parce qu’il espérait un pourboire) il ne nous aura dit bonjour ou ne nous aura esquissé un sourire ! Le seul truc qui l’intéressait c’était de pouvoir laver sa caisse et chatter sur les réseaux sociaux sur l’un de ses 3 téléphones. Sans oublier qu’il conduisait vite comme si on avait un train à prendre, avouez que c’est quand même un peu con quand l’objectif du trip c’est de profiter des paysages de haute montagne… Enfin il s’exprimait très mal et parlait aux gens comme à des chiens, même avec nous parfois en ayant un air condescendant.

Avec tout ça déjà, on était bien déçu et avec du recul on peut affirmer que c’est le pire chauffeur qu’on ait eu en voyage.

Ca, c’est nous tirant la gueule comme notre chauffeur

Notre roadtrip a mal tourné dès le premier soir. Tout ça à cause d’un repas pas bon qu’on a trouvé un peu cher au regard des prix que nous avait donnés Hue. Ok ici on a sûrement un peu surréagi mais le problème venait surtout d’une mauvaise compréhension entre nous et le driver qui a cru qu’on l’accusait de se faire une marge sur le prix de notre repas… C’est la qu’on a compris que la barrière de la langue serait un VRAI problème !

Le lendemain matin on pensait les choses calmées, mais là notre driver nous a dit qu’on reviendrait dormir le lendemain dans la même auberge que la veille alors que ce n’était pas du tout le plan prévu. C’était donc reparti pour une demie heure de débat et de malaise entre nous, Hue par téléphone et notre chauffeur. Puis on a repris la route, malheureusement on ne voyait quasiment rien car il y avait un brouillard épais bien il faut !

Normalement le paysage ça doit être comme ça (dans la bonne saison)
En fait c’était plutôt comme ça !

Puis de toute façon notre chauffeur ne s’arrêtait que pour les stops touristiques et pour laver sa voiture qui se salissait de nouveau 5 minutes après alors à quoi bon. Le beau temps est heureusement arrivé l’après midi. Et là, de nouveau une bonne dose de tension est montée quand nous avons demandé à notre driver de nous emmener à Lung Cu au bord de la frontière chinoise, un spot indiqué 3 Routards avec sa vue à 360°, le truc à ne pas rater et qui méritait largement un petit détour. Ce à quoi notre driver a répondu en mode méchant : « not possible » et il a continué son chemin pendant qu’on rageait sur nos sièges.

Après un stop surplombant le superbe Ma Pi Leng pass, on est arrivé à Meo Vac vers 15h soit beaucoup trop tôt à notre goût…

Ma Pi Leng Pass
Les montagnes vers Meo Vac

Là on a du négocier le prix de notre chambre alors que d’après Hue notre driver nous emmènerait dans les hôtels les plus cheaps : du grand n’importe quoi. Puis il y a eu ce moment de gêne où on savait que notre chauffeur nous suivait partout dans la ville comme à chaque fois pour s’installer là où on mangeait mais sans rien partager ou rien nous expliquer. De toute façon, ici tu ne peux pas compter sur les menus ou les cartes avec les prix affichés car ils ne savent pas ce que c’est. Et puis quand tu demandes un prix tu peux être sûr que ce sera un prix touriste plus élevé que le prix fait pour les locaux. Tout est super compliqué car personne ne parle anglais, les locaux parlent tous entre eux sans que l’on comprenne rien, il faut batailler sur tout même pour manger un pauvre plat de nouilles de riz. Bref, à ce moment là on était bien saoulé et on avait vraiment pas le sentiment de profiter du voyage.

Après une nuit bien fraîche – on avait omis ce détail mais dans le nord du Vietnam il fait à peine 10 degrés en ce moment, et oui c’est l’hiver et c’est horrible quand nous on pensait passer Noël au chaud ! – nous avons visité le marché de Meo Vac réputé comme un des plus beaux de la région, puis nous avons repris la voiture.

Nouvelle crispation au bout de quelques heures quand nous décidons de demander à Hue pourquoi le chauffeur ne nous a pas emmenés dans un des villages ethniques qui était marqué au programme. On apprendra qu’on y était allé la veille sans le savoir puisque notre driver ne nous donnait aucune info. Encore une fois ce trip était du grand n’importe quoi. Nous avons terminé cette journée dans un petit village près de Quan Ba.

Campagne près de Quan Ba

Heureusement pour notre soirée du 24 décembre, nous avons incroyablement bien mangé chez des Vietnamiens qui tout sourire nous ont servi une dizaine de shots d’alcool de riz chacun (pour les braves, pour les autres on trichait en ne buvant pas les shots). On a même passé cette soirée là avec un acteur réalisateur producteur d’une série américaine diffusée sur HBO et qui était ici en vacances, pas mal quoi 🙂

Dîner de Noël !
Avec nos hôtes vietnamiens adorables
Nous 4

Le lendemain nous avons fait beaucoup beaucoup de route dans l’objectif de rejoindre Bac Ha où on voulait passer un peu de temps. Le matin notre chauffeur nous a fait un stop imprévu au marché de Ha Giang, faut croire qu’il avait quelques courses à faire. On en a profité pour voir quelques stands où l’on vendait… du chien !

Quelqu’un veut du chien ?! #immonde

Hue nous avait garanti que la route de montagne serait impraticable à cause des récentes inondations, on a cependant bien pris cette route parfois certes un peu bossue mais pas impraticable. C’était donc encore du n’importe quoi.

Arrivés vers 17h nous nous sommes posés dans un des hôtels les moins chers de la ville où il faisait à peine plus de 5 degrés – heureusement les couvertures et les couettes remplaçaient le chauffage… C’est là que nous avons dit au revoir à notre merveilleux chauffeur qui ne nous manquera absolument pas !!

Ça se corse à Bac Ha

Après toutes ces (mauvaises) aventures, voyant qu’on avait toujours aussi froid et sachant qu’on était pas dans la bonne saison pour profiter pleinement des paysages de rizières, nous avons décidé d’écourter notre séjour dans le nord en ne restant qu’un jour à Bac Ha. Nous avons voulu réserver un bus à la gare routière pour le lendemain soir mais impossible car personne ne parlait anglais. Nous avons alors fait confiance au proprio de notre hôtel pour nous réserver 4 places de bus, là encore grave erreur !

En ce jour de mardi c’était le marché à Coc Ly. On s’y est rendu en scoot et la route des environs était très jolie, ça valait bien le détour. Le marché quoique très traditionnel avait un petit goût touristique, bizarrement là bas les gens parlaient un peu anglais pour vendre leurs produits… On aura retrouvé nos amis les buffles et puis on aura bien mangé pour 3 fois rien – d’ailleurs dans la région les pho sont faits à partir de pâtes de riz rouge.

Rizières au-dessus de Bac Ha

De retour assez tôt à l’hôtel nous n’avons pas fait grand chose en attendant de pouvoir prendre notre bus de nuit. Le proprio de l’hôtel qui nous avait très bien vus n’est venu nous voir que vers 17h pour nous annoncer que… le bus était plein et qu’on devait dormir par terre pour le même prix !! La grosse blague, nous qui lui avions rappelé le matin même de réserver nos sièges. A ce moment là on en avait vraiment ras le bol de ce pays et de ces gens qui soit essayent de t’arnaquer (nos potes en ont fait les frais l’après midi pour une pauvre histoire de donut) soit ne comprennent rien et répondent « oui » à tes questions alors que derrière ils ne font rien ou pas la chose demandée.

On a déguerpi de l’hôtel en 2 minutes et on a atterri dans le seul hôtel de la ville où le gérant parlait anglais. Après l’avoir attendu 5 minutes, nous lui avons demandé de l’aide pour réserver des billets de bus et là : non seulement le mec nous a donné ses tarifs avec une bonne marge de 50 000 Dongs sur le prix public pratiqué à la gare routière, puis il nous a dit que c’était full mais surtout il nous a parlé avec un mépris incroyable sans jamais nous regarder dans les yeux mais en regardant des vidéos sur son téléphone. Il nous a ensuite fait la morale car on avait pas réservé la veille avec lui. Puis il nous a expliqué qu’un autre bus partait à 18h30 mais comme il était plein il était déjà parti plus tôt – vraiment louche… Tout ça pour nous faire comprendre qu’on devrait rester là une nuit de plus. Bien dans le caca, on a décidé de négocier le prix des chambres dans différents hôtels puis de retourner tenter notre chance à la station de bus (sait-on jamais). Toujours aussi compliqué de parler anglais dans ce trou paumé… mais après quelques mots et un peu de langage des signes nous avons compris qu’on pouvait monter tous les 4 dans le bus partant à 18h30 en direction de Hanoi. Soit on a rien compris à ce qui se passait soit les gérants des hôtels de Bac Ha essayaient totalement de nous la faire à l’envers !

On the road again !

Quelques heures plus tard, dans un bus absolument pas plein, nous avons eu la chance d’être débarqués en pleine nuit à l’arrache au milieu de l’autoroute… Les Vietnamiens semblent toujours pressés pour tout et ne font aucun effort pour faciliter la vie des étrangers. Nous avons rejoint l’aéroport à pied vers 1h et demi du mat, il était trop tard pour prendre une chambre d’hôtel et le comble est que PERSONNE à l’aéroport n’a voulu nous aider, on s’est fait engueuler comme du poisson pourri par une nana à l’accueil et 2 fois on s’est fait raccrocher au nez par un mec de la réception d’un hôtel ne parlant pas anglais. Jamais de tout notre voyage nous n’avons vu ça, c’est vraiment la pire expérience que nous avons vécue jusque là ! Résignés à passer « la nuit » dans le hall d’accueil de l’aéroport, nous avons dû dormir 2h puis nous avons pris le bus pour rejoindre Hanoi, nous avons changé de bus pour la gare routière du Sud de la ville puis nous avons sauté dans un bus local pour rejoindre Ninh Binh (= la Baie d’Ha Long terrestre). Le trajet se passera globalement bien sauf qu’on s’est fait éjecter du bus une fois arrivés à Ninh Binh de façon malpropre, Claire se faisant pousser par un mec de l’équipage pour descendre plus vited’ailleurs à ce moment-là le mec, en voulant porter un de nos sacs pour se débarasser de nous le plus vite possible, s’est gamélé dans le bus… bien fait pour lui !

A l’heure où nous écrivons cet article, nous sommes donc dans la Baie d’Ha Long terrestre pour de nouvelles aventures… que nous espérons meilleures que les précédentes !!

Hommage aux gogoles !

En bref pour conclure cet article :

  • Les paysages du nord du Vietnam sont magnifiques, mais mieux vaut éviter de s’y rendre en hiver ou en saison des pluies ; on aurait préféré faire le trip en scoot mais il faisait trop froid et la route est dangereuse donc c’était impossible pour nous ;

  • Les marchés ethniques sont intéressants et beaux, cela vaut le coup de passer un peu de temps à observer les locaux et tout ce qui se passe dans ce genre d’événement ;

  • Les Vietnamiens sont un peuple rude et brutal (par exemple les gens te frappent quand ils veulent attirer ton attention comme pour prendre une photo avec toi), très fier ; beaucoup semblent ne pas aimer les étrangers, ils feront tout pour vous arnaquer ou ne feront rien pour vous aider, en tous cas dans les lieux touristiques ; à en croire ce qu’on a vécu, on a l’impression qu’il est très difficile de voyager en mode backpacker et que si l’on veut s’en sortir facilement, il faut tout booker avec un guide ;

  • Les agences de tourisme sont à prendre avec grande précaution, beaucoup essayeront aussi de vous avoir !

C’est donc un tableau peu réjouissant que celui fait dans ce 1er article sur le Vietnam… surtout après notre émerveillement à Sulawesi, c’est un peu le choc culturel pour nous et surtout une grosse déception. La fatigue de tout le temps bouger y est peut-être pour quelque chose… Nous verrons comment se déroulent les choses à l’avenir, on ne veut pas être trop pessimiste sur le reste du pays !

Restons optimistes…
Souvenir de Ha Giang

Infos pratiques (taux de conversion : 100 000 Dongs = 3,71 euros) :

  • E-visa Vietnam : environ 23 euros / personne, se fait sur internet rapidement, mais on ne reçoit pas de mail une fois qu’il est fait ; il faut retourner sur le mail reçu lors de la commande pour l’avoir. Même si le e-visa est refusé, on est pas remboursé ! Attention enfin car le e-visa est refusé à de nombreuses frontières terrestres, c’est ce qui est malheureusement arrivé à nos potes… Quant à l’aéroport, bien checker si les douaniers mettent le tampon pour 30 jours et non pour 15 !
  • Airbnb à Hanoi, quartier de Truc Bach : 20 euros / nuit pour une chambre double avec sdb partagée et petit déj
  • Street food dans Hanoi : entre 30 000 et 50 000 Dongs le plat
  • Tour dans la région de Ha Giang : se fait en scooter mais en saison sèche et quand il fait chaud ! Ou alors en moto pour ceux qui ont le permis.
  • A déconseiller : les tours proposés par Hue avec son « agence » Milan Home Agency, elle nous a complètement fait marcher et nous a survendu un tour qui n’était clairement pas digne de ce nom (d’ailleurs à la fin elle a même prétendu pour se défendre qu’elle nous avait seulement aidés à louer une voiture… elle n’assume vraiment rien !)
  • Ly Quoc Thang Homestay dans la région de Quan Ba : nourriture délicieuse et bon accueil dans cet homestay vietnamien, 80 000 D / personne la nuit, 80 000 à 100 000 D le dîner et 40 000 le petit déj
  • Prix moyen des repas dans la province de Ha Giang : 50 000 D
  • Prix du permis pour rester dans la région de Ha Giang : 10$ ou 220 000 D / personne
  • Sa My Homestay à Bac Ha : 70 000 D / personne la nuit, 50 000 D le petit déj bien copieux de crêpes avec bananes, ananas et miel ; bien de prime abord mais ne pas faire confiance au proprio qui ne nous a pas réservé notre bus comme convenu !
  • Ngan Nga Bac Ha Hotel : conseillé par le Routard, environ 22$ la nuit en chambre double avec sdb ; le proprio parle certes anglais mais est incroyablement malpoli et condescendant ; il se fait 50 000 D de marge sur le prix des bus publics pour rejoindre Hanoi
  • Marché de Coc Ly : tous les mardis matins, gratuits
  • Marché de Bac Ha : tous les dimanches matins, gratuits
  • Marché de Meo Vac : tous les dimanches matins, gratuits
  • Location de scooter automatique à Bac Ha : 120 000 D / jour
  • Bus Bac Ha – Hanoi : 3 fois / jour, notamment à 18h30 et 20h30 ; difficile à booker autrement qu’avec une agence, sinon se rendre directement le jour J à la gare routière en espérant avoir une place ! Tarif : entre 250 000 et 350 000 D / personne, compter 6 à 7h de trajet
  • Bus 86 pour rejoindre Hanoi depuis l’aéroport : entre 30 minutes et 1h de trajet selon le trafic, 30 000 D / personne
  • Alternative : trajet en Grab, entre 250 000 et 300 000 D environ la course
  • Bus 8 pour rejoindre la gare routière de Giap Bat : 7 000 D / personne
  • Bus Hanoi (gare de Giap Bat) – Ninh Binh : 2h de trajet environ, 70 000 D / personne
  • Taxi Ninh Binh – Tam Coc (à 6km de là) : environ 100 000 D

Commentaires

Commentaires

5 réactions au sujet de « Noël et autres (mauvaises) surprises dans le Nord du Vietnam »

  1. C’est fou toutes ces mésaventures! Je comprend qu’il vous reste un gout amer malgré de jolis paysages…
    Les chiens a acheter au marché, quelle horreur!!!
    Dites, c’est qui l’acteur que vous avez croisé? 🙂

    1. L’acteur c’est Ben Sinclair, la série s’appelle High maintenance 🙂
      Et oui, un goût amer c’est plutôt bien choisi… ! Mais bon on garde le sourire en se disant que ce sera mieux après !!

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up