Trek & chill dans le canyon del Colca

Trek & chill dans le canyon del Colca

Pour finir en beauté notre séjour au Pérou, nous avons décidé de faire un petit trek de 3 jours dans le canyon del Colca, un des canyons les plus profonds au monde (le 2ème du Perou, plus de deux fois plus profond que le grand canyon !). Contrairement au trek du Salkantay que nous avions fait avec une agence, nous avons choisi de faire ce trek sans guide après nous être bien renseignés sur différents blogs et tout en sachant que les options de rando sont multiples car le canyon propose plein de chemins différents.

Carte du canyon

(Nous avons trouvé cette carte en suivant les conseils donnés sur le blog Playing the world)

Jour 1 : de Cabanaconde à Llahuar

Pour venir à Cabanaconde, nous avons fait 6h de bus (c’était long !) ce qui nous a donné d’ailleurs mal à la tête. Nous étions relativement peu de touristes, et sur la fin du trajet de nombreux Péruviens montaient et descendaient à chaque village. Une fois arrivés dans le petit village de Cabanaconde, point de départ des randos dans le canyon, nous avons filé déposer nos sacs dans l’hostal situé sur la place centrale, et nous avons été dîner dans un autre hostal restaurant où nous étions les seuls clients et où le gérant hyper sympa ressemblait un peu à Hagrid dans Harry Potter mais… en péruvien 🙂 Deux gros chiens trop mignons nous ont accompagnés pendant tout le repas !

Le lendemain matin, départ pour notre trek à 6h et quart, fraîchement réveillés après une bonne petite nuit. A peine sortis du village, nous voilà alpagués par une Péruvienne nous réclamant 70 soles chacun pour l’entrée dans le canyon – nous étions de nouveau blasés de devoir payer autant ne sachant encore pas où va l’argent qu’on paye, d’autant plus quand on a su que d’autres avaient pu entrer sans payer… et encore plus quand au bout du compte on a réalisé qu’on avait vu aucun condor ce qui est normalement « l’attraction » du coin ! Par ailleurs, nous n’avons été contrôlés nulle part durant le trek.

Bon, cela dit, on était vite loin de Cabanaconde et la plongée dans le canyon était impressionnante. On a d’autant plus apprécié qu’on était seul sur le chemin ! En vrai, on a croisé 4 personnes en tout et pour tout sur la descente. Arrivés en bas du canyon après plus de 1000m de dénivelé négatif, nous sommes tombés sur le rio Colca, dont la couleur était bleu vert à bleu turquoise. Nous avons aussi vu 2 geysers, petits certes mais suffisants pour devoir se masquer le visage en s’en approchant à cause de la forte odeur de soufre qui s’en échappe. Les galets au bord du geyser étaient brûlants et l’eau bouillait joyeusement !

Une fois passés de l’autre côté de la rive, il ne nous restait plus qu’une grosse demie heure de petite montée sous un soleil brûlant avant de descendre vers un autre rio et nous poser à Llahuar. Et là, ô joie, nous avons opté pour un hébergement dans une petite cabane au bord de l’eau avec accès à des sources chaudes : on a passé l’après midi dans l’eau à chiller et à discuter avec d’autres randonneurs dont plusieurs étaient comme nous en tour du monde. Seule ombre au tableau : des petits moucherons partout prêts à nous piquer dès la sortie de l’eau, et des papillons de nuit insupportables !

Jour 2 : de Llahuar à l’oasis de Sangalle

Pour notre 2ème jour de trek, nous avions le choix entre aller à San Juan de Chuccho à l’autre bout du canyon et à l’oasis de Sangalle au fond de la vallée et plus proche de Llahuar. Après quelques hésitations nous nous sommes laissés tenter par la douceur de l’oasis en nous disant qu’il serait bien différent de l’oasis touristique de Huacachina (surtout quand on l’a vu d’en haut). Hop, à 6h30 nous étions déjà partis et nous entamions une bonne remontée via une piste de sable que l’on peut aussi emprunter en colectivo. Nous avons alors croisé… un renard ! Il était au loin et difficilement visible mais magnifique. Plus loin sur le chemin nous avons retrouvé Premaël, que nous avions rencontré la veille. Nous avons entamé la descente en passant par des champs de cactus, sur de jolies terrasses ensoleillées, puis en descendant en lacets le chemin jusqu’à Sangalle en passant devant des cascades jaillissant de la roche. L’oasis mérite bien son appellation ! Notre bonheur fut ensuite comblé à l’arrivée dans l’hostal que nous avions choisi, avec végétation luxuriante et grande piscine au milieu des palmiers et des montagnes. On était bien content d’avoir fait le trek sans guide car on était seul dans le jardin et dans l’eau à partir de 11h du matin alors que tous les groupes arrivaient vers 16-17h une fois le ciel couvert de nuages et l’eau devenue donc froide.

Le soir, nos copains les papillons sont revenus pour notre plus grand plaisir, et dans notre chambre… une petite souris a essayé de s’infiltrer dans nos sacs une fois qu’on était couché !

Jour 3 : retour à Cabanaconde

Nous savions qu’il faudrait nous lever tôt ce dernier jour afin d’éviter la chaleur harassante qui survient à partir de 8h du matin (et oui !) et qui plus est surtout car on avait une énorme montée à gravir pour remonter à Cabanaconde : 1200m de dénivelé avec un chemin en zig zag de bas en haut ! A 5h nous étions donc sortis, lampes frontales avec nous, et nous n’étions pas les seuls. Nous avons doublé un certain nombre de groupes et avons tenté de grimper le plus vite possible afin d’avoir un bus assez tôt pour rentrer à Arequipa. Le chemin n’était pas des plus plaisants mais les paysages du canyon toujours extraordinaires.

Après 2 bonnes heures de montée nous étions arrivés en haut, marchant encore une vingtaine de minutes pour rejoindre le village de Cabanaconde. Là, on a profité du soleil pour faire sécher nos tshirts trempés de sueur et pour prendre un p’tit dej à base de barres de céréales et de grenadillas (décidément on est tombé amoureux de ce fruit).

1h plus tard, nous étions assis dans le bus prêts à rentrer « à la maison » (= à l’hôtel). Les 6h de bus nous ont de nouveau bien crevés, mais on était très content de notre petit séjour ici !

Au final, on a marché environ 9 km le 1er jour (3h et demi de marche vs 5h indiquées par les guides) sur 1200m de dénivelé négatif ; une dizaine de km le 2ème jour (3h et demi de marche encore vs 5h encore indiquées sur le plan) avec environ 600m de dénivelé positif ; enfin 5 à 6 km le 3ème jour (2h30 de marche vs 3h indiquées normalement) avec un dénivelé positif de 1200m. Une bonne marche alliée à des heures de chill dans l’eau, on était plus que ravi !

Quelques petits conseils : l’eau étant très chère en bas du canyon, il est préférable de prévoir de bonnes quantités au départ et surtout des pastilles purificatrices/filtres pour remplir soi-même ses bouteilles. On conseille aussi de partir très tôt chaque matin, car le soleil tape très fort et car on peut davantage profiter des coins où l’on se pose – le ciel est souvent nuageux l’après midi. Enfin, il est tout à fait possible de camper sur les différents sites mais compte tenu des prix abordables des hôtels, nous ne nous sommes pas encombrés avec notre tente.

 

Infos pratiques (1 Soles = 0.26 €) :

  • Bus Arequipa – Cabanaconde et vice versa : 17 soles, avec les compagnies Reyna, Milagros ou encore Andalucia
  • Hôtel Villa Pastor à Cabanaconde : 30 soles la chambre double avec sdb partagée
  • Dîner au resto Valle del fuego : 20 soles / personne
  • Hôtel à Llahuar : 50 soles la chambre double avec sdb partagée et accès aux hot springs, 10 soles le dîner / personne
  • Hôtel à Sangalle : 30 soles la chambre double avec sdb partagée, 15 soles le dîner / personne
  • Prix d’entrée dans le canyon : 70 soles / personne, valable 1 semaine

Commentaires

Commentaires

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up