Valparaiso mon amour

Valparaiso mon amour

Fin des fiestas patrias à Coquimbo (lisez notre article sur le sujet, vous ne serez pas déçus 😉 ), direction Valparaiso ! Mario et ses parents vont nous manquer mais on pense bien à eux et on garde contact 🙂

Valparaiso, cité portuaire située sur la côte pacifique à quelques 200 km de Santiago, est réputée pour son street art, ses nombreuses collines (42 au total, c’est encore mieux qu’à Lisbonne – cf notre article si cela vous intéresse), ses ascenseurs du début du XXème siècle (il s’agit en fait de funiculaires) et son climat doux et ensoleillé. Beaucoup de voyageurs ont un coup de coeur pour cette ville, ça a également été notre cas !

Poème de Pablo Neruda

Certes, Valparaiso peut sembler bruyante et sale (c’est en effet un point qu’on regrette), avec ses maisons parfois très vieilles et délabrées, mais Valparaiso a un charme de fou et se promener dans ses ruelles à l’ambiance bohème est un vrai plaisir. On y aura passé 3 jours bien remplis qui nous ont ravis !

Street art à Valparaiso

Pour avoir un aperçu de Valparaiso en vidéo, c’est ici que ça se passe :

Un peu d’histoire

Voici quelques éléments historico-geopolitiques permettant de mieux saisir ce qu’est Valparaiso. Fondée en 1536 par un colomb espagnol, Valparaiso se développe comme une ville portuaire. La cité connaît son apogée après 1848, période de la ruée vers l’or en Amérique ; en effet, son port devient un passage obligé pour tous les marins qui transitent en faisant le tour du continent sud américain. 1914 et l’ouverture du canal de Suez au Panama signeront le début du déclin de Valparaiso. Quelques dizaines d’années plus tard, en 2003 très exactement, la ville retrouve ses lettres de noblesse quand plusieurs de ses quartiers ainsi que différents ascenseurs de la cité sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

Valparaiso, c’est aussi malheureusement le lieu où débuta la dictature du général Pinochet puisqu’en 1973 alors qu’il était général en chef des armées, il organisa un coup d’État afin de destituer Salvador Allende. 17 années de répression ont alors débuté au Chili ; des milliers de gens ont été emprisonnés voire assassinés ; les maires de toutes les communes ont du jour au lendemain été mis à la porte pour que la junte militaire nomme à leur place d’autres représentants du pouvoir ; un régime néo libéral a été mis en place entraînant alors des années de récession économique et de misère pour un très grand nombre de Chiliens.

A savoir : il est encore taboo d’aborder le sujet Pinochet avec les chiliens qui pour beaucoup le regrettent – nous pouvons ici faire un parallèle avec les nostalgiques des systèmes communistes en Europe de l’Est. Pour moitié des chiliens, Pinochet est un homme qui a détruit leur pays ; la moitié des autres le vénère toujours. Personne ici ne parle d’ailleurs de régime dictatorial pour parler de l’époque où il était au pouvoir. Par ailleurs, le Chili est certes un des pays les plus riches d’Amérique du Sud, mais les inégalités sont très fortes et le niveau de vie est insoutenable pour beaucoup de Chiliens (tout est payant au Chili, même l’école). 
Ils vivent ainsi à crédit, ils peuvent tout payer en plusieurs fois, des courses au resto…

Activités à faire et lieux à voir

A Valparaiso, on conseille d’y rester au moins 3 jours pour bien apprécier la ville et tout ce qu’il y a à faire.
Voici les activités que nous avons appréciées :

  • Faire le free walking tour proposé par Valp’Otop (lancé l’an dernier par un Français expatrié depuis 3 ans ici). Il débute de la plaza Sotomayor et passe par le port puis les cerros Conception et Allegre en empruntant l’ascenseur El Peral et le paso yugoslavo. Sur une durée de presque 3h on en apprend beaucoup sur l’histoire de la ville, de son port et de ses ascenseurs, sur certaines oeuvres de street art et enfin un peu sur la politique du pays. A la fin c’est free donc on donne ce qu’on veut. On a rencontré pendant ce tour pas mal de tourdumondistes : une famille, une fille en solitaire et un couple trop sympa avec qui on a passé ensuite plusieurs heures à discuter autour de 2 litres de terremoto – le fameux cocktail du coin. Pauline et Ludo en tour du monde pour 1 an, ils ont un itinéraire un peu similaire au nôtre, ce sont les voyageurs avec qui on a senti avoir le plus de points communs – et c’est marrant, elle aussi travaillait en RH avant. Si vous voulez jeter un oeil à leurs aventures, voici leur blog : www.enrandonions.wordpress.com
  • Nous promener encore et encore dans cerro Allegre (où on logeait) car les maisons colorées et les fresques murales / tags / graffitis sont super beaux ou intéressants
  • Prendre l’ascenseur Polanco dans le quartier du même nom : on marche longtemps sous terre, on prend l’ascenseur et on sort en extérieur avec une jolie vue sur la ville
  • Monter dans le museo a ciel abierto dans le cerro Bellavista
  • Visiter le museo Sebastiana, ou ancienne casa de Pablo Neruda le merveilleux poète prix Nobel de littérature qui sous sa belle plume était un bon vivant et collectionnait un tas d’objets. Sa maison, imaginée comme un paquebot, donne une vue magnifique sur la ville !
  • Marcher sur les hauteurs de la ville le long de l’avenida Alemania en passant par la plaza Bismarck
  • Marcher de la plaza Sotomayor au pasaje 21 de mayo, nous permettant d’observer le spectacle impressionnant proposé par le port de la ville : une vraie fourmilière ! Ça bouge de partout, paquebots, grues, containers, camions qui viennent et qui repartent… il doit y avoir une sacrée logistique pour gérer tout ça, on a adoré contempler ce « paysage » !
  • Nous rendre à Caleta Portales pour nous poser sur la plage et revenir le long d’une promenade aménagée en croisant des lions de mer venus se faire sécher au soleil. Bon, on a raté le marché au poisson car on est arrivé trop tard mais apparemment on y trouve de bons produits et c’est très populaire. Au retour, on est passé par le marché de Valparaiso, et là c’était bien le bordel 🙂

Il est aussi possible de visiter le musée des beaux arts, le musée de la marine, l’ancienne prison de la ville devenue parc culturel, ou encore d’aller passer un jour à Viña del mar pour chiller un peu à la plage. Nous n’avons pas eu le temps de le faire.

Petite photo de groupe avec Valp’Otop

Quelques bonnes adresses pour les papilles

Dans cerro Allegre et Conception il y a plein d’endroits sympas pour prendre un café, prendre un verre ou pour manger, parfois bien hipster et bien plumeaux ! Nous sommes peu sortis parce que notre budget est un peu sec et parce que nous sommes fatigués mais on a recensé quelques adresses :

  • Liberty, le plus vieux café bar de la ville, pour boire un verre au milieu des pêcheurs et des habitants du quartier
  • Cerveceria Altamira, une brasserie allemande où on trouve apparemment de bonnes bières ; malheureusement pour nous, elle était chaque jour fermée 🙁
  • Ilicito, pour boire des cocktails (fermé aussi :(()
  • Les restos autour du port, pour manger des fruits de mer et du poisson. On a mangé au Café Journal, décoré de tous les drapeaux du monde, un petit menu sympa avec un verre de vin
  • Le resto El Pimenton dans la calle Ecuador, pour manger des plats chiliens
  • Le resto Moneda de Oro, pas très loin de la place de la cathédrale. Arnaud y a pris un menu du jour excellent et de mon côté j’ai pu enfin goûter la « cazuela », un plat typique du pays. Il s’agit d’une sorte de pot au feu, avec de la viande de boeuf à braiser qui baigne avec du riz et des pommes de terre dans un bouillon délicieux parfumé à la coriandre. On le recommande !

Sans oublier qu’à Valparaiso on trouve plein de boulangeries, de pâtisseries, de glaciers et de pizzerias.

En conclusion, on a passé un super séjour à Valparaiso, ville de marins et d’étudiants, ville bohème, artistique et poétique qui nous aura touchés et amusés. Maintenant, direction Bariloche en Argentine pour descendre prochainement en Patagonie !

Infos pratiques :

  • Bus Coquimbo – Valparaiso : 7h de trajet, 22000$ / personne avec Ciktur en cama (tous les bus étaient complets et super chers du fait des fiestas patrias)
  • Hostel Acuarela à Valparaiso : 20 000$ / nuit pour une chambre double avec sdb partagée, cuisine et terrasse à dispo et buffet complet au petit dej (en promo sur Booking)
  • Moneda de Oro : 5 600$ le menu du jour, 4 200$ la cazuela avec grosse salade en accompagnement, 2 000$ le pisco sour (qu’on ne conseille pas trop pour le coup)
  • Café Journal : 4 000$ le menu du jour, 2 500$ la petite bouteille de vin
  • Bar dans cerro Allegre : 3 000$ le litre de terremoto
  • Bus pour se rendre à Caleta Portales : 600$, les bus se prennent tous sur la grande avenue bordée de palmiers qui longe l’océan ; il n’est pas conseillé de prendre le métro car il faut charger une carte et car il ne propose pas la même flexibilité que le bus
  • Trajet en ascenseur : entre 100 et 300$ / trajet
  • Museo Sebastiana (casa de Pablo Neruda) : 7 000$ / personne ; des audioguides en français sont fournis à l’entrée
  • Free walking tour Valp’Otop : tous les jours à 15h30 avec rdv sur la plaza Sotomayor. Pour en savoir + n’hésitez pas à consulter leur page Facebook, ils font d’ailleurs depuis peu des tours à Santiago

Commentaires

Commentaires

2 réactions au sujet de « Valparaiso mon amour »

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up