Vélo à gogo à Hoi An

Vélo à gogo à Hoi An

Après notre courte escale à Hue, nous avons repris la route en direction du sud. Après un trajet en bus sous la pluie et pendant lequel nos voisins ont subi la très TRES mauvaise odeur de nos chaussures et de nos chaussettes (il faut dire qu’avec toute la pluie qu’on a eue les jours précédents, nos chaussures étaient tellement humides qu’elles ont presque moisi ! Honnêtement on avait honte de puer à ce point !!), nous sommes arrivés à Hoi An : lâchés au milieu de nulle part comme d’habitude quand on prend le bus au Vietnam, on finira en Grab (= Uber asiatique) notre trajet pour atterrir dans un homestay où l’accueil sera plus que généreux (Phi, seule Vietnamienne du staff parlant anglais et absolument adorable, nous a offert du thé et un donut en apercevant Arnaud lorgner dessus… 🙂 ).

Nous avions prévu quelques jours à Hoi An histoire de bien profiter de la ville et de ses environs, mais aussi pour nous poser un peu !

Etant donné que notre homestay était vraiment loin du centre, et que de toute façon ici c’est comme ça qu’on circule, nous avons tout fait en vélo. Enfin pas tout à fait tout, vous lirez la suite 😉

Hoi An

Visite de Hoi An, charmante ville aux lanternes

Hoi An c’est LA ville la plus visitée du Vietnam. Ce n’est pas bien grand certes, mais tous les guides la mettent en top list et tous les bloggueurs en parlent comme leur coup de coeur dans le pays : autant être averti !

Hoi An se visite en plusieurs fois : il y a Hoi An de jour et Hoi An de nuit. Il y a aussi Hoi An sans touriste et Hoi An avec PLEEEEIIIINNNN de touristes. On a donc décidé de tout tester !

Hoi An de jour
Hoi An de jour

Pour découvrir Hoi An de jour et sans touriste, il faut se lever très tôt. A 6h30 un matin nous étions debout et prêts à enfourcher nos bicyclettes, à 6h45 nous étions en train d’arpenter les rues désertes de la ville, à 7h nous étions seuls dans le 1er temple ouvert du coin. En fait, se lever aux aurores est le seul moyen d’éviter la foule, sinon les rues sont noires de monde et on se fait vite bousculer par les pousse-pousses qui promènent des touristes ou par les vélos qui tentent de se frayer un chemin. L’avantage de visiter Hoi An entre 7h et 9h le matin est aussi de voir la ville sous son visage authentique, alors que les boutiques de souvenirs et de vêtements (qui vendent toutes la même chose) sont encore fermées. Une fois passé 10h, tout est ouvert, on voit les mêmes devantures absolument partout et cela enlève l’âme de la ville.

Hoi An tôt le matin

Lors de notre escapade au calme, puis plus tard, on a donc visité et admiré un tas de choses :

  • Le fameux pont couvert japonais, emblématique de la ville
  • Les différents canaux qu’on trouve dans Hoi An, et qui font de la ville une petite Venise asiatique
  • La maison de Tan Ky, une très vieille bâtisse conservée comme à l’époque (la visite est très chouette si ce n’est que les « guides » essayent à 4 reprises au minimum et avec insistance de vous vendre des souvenirs)
  • L’assemblée Quang Trieu
  • La pagode de Phap Bao
  • La maison chapelle de la famille Tran, très belle demeure également bien conservée
  • L’assemblée de Phuc Kien : il s’agit d’un ensemble de temples très jolis
  • L’assemblée de Trieu Chau (également un ensemble de temples de l’époque)
  • Le Precious Heritage Art Gallery Museum, qui abrite actuellement une expo gratuite de photos et de costumes des différentes ethnies du Vietnam, par le photographe Réhahn. C’est très bien conçu, très intéressant et très beau !

On vous met ci dessous des photos de toutes nos visites, n’hésitez pas à cliquer sur les miniatures pour agrandir les images.

Le pont couvert japonais

Sans oublier le marché de Hoi An, qui est aussi un incontournable de vie vietnamienne locale. Ca fourmille de partout là-dedans, les stands débordent de produits, qu’il s’agisse des nouilles de riz sous toutes leurs formes, de viandes, poissons, herbes aromatiques, fruits exotiques, légumes etc…

Marché de Hoi An sous la pluie
Marché de Hoi An

Hoi An a la particularité d’être un héritage multi-culturel, multi-religieux et multi-époques et l’on peut très bien voir encore aujourd’hui les influences française, chinoise et japonaise qui faisaient auparavant la fortune de cette ville. Autrefois un des ports les plus importants du pays voire d’Asie du Sud Est lors du commerce de la soie, Hoi An a vécu son déclin au profit du développement de Da Nang, une ville vietnamienne située à environ 20 km plus au nord.

Entrée d’un temple
Pont japonais

A travers la visite de la ville, c’est donc tout un tas d’époques et d’héritages que l’on découvre : pagodes, temples, maisons coloniales, ponts… Le tout est très coloré et cela a beaucoup de charme !

Confection de lanternes

#Pratico-pratique : pour visiter la plupart des monuments de Hoi An, il faut acheter un pass permettant l’accès à 5 sites. Ne vous faites pas avoir par tous les petits stands qui parfois indiquent qu’il faut acquérir le pass pour visiter la ville, vous n’avez pas besoin du pass si vous souhaitez simplement vous balader dans la rue ! Si vous achetez le pass, libre à vous de choisir les 5 sites que vous souhaitez visiter, certains sont plus intéressants que d’autres 😉

A noter que nous avons souhaité visiter le musée de Hoi An, mais pas de chance pour nous, cela nous a été impossible ! Nous sommes arrivés à 16h20 un dimanche pour visiter le musée, un des gardiens nous a mis gentiment à la porte en nous indiquant qu’il allait fermer le bâtiment alors que les horaires indiquaient une fermeture à 17h. Il nous a dit « come back tomorrow ! », ce que nous avons fait. Sauf que le lendemain pas de bol, le musée était fermé. Un lundi en pleine journée, alors que Google et tous les sites d’infos donnaient le musée ouvert. On nous a dit qu’il se pouvait que le musée soit fermé pendant l’heure du déj… mais même après cela, rien n’a ouvert et les touristes défilaient comme nous devant le bâtiment en repartant bredouille, sachant d’ailleurs qu’il n’y a aucune info devant le musée sur ses horaires d’ouverture. Ah la la ! Bref finalement c’était pas grave, on a trouvé de quoi s’occuper ailleurs 🙂

Quant à Hoi An de nuit, c’est une toute autre ville que l’on découvre : elle s’illumine de lanternes et de lampions absolument partout !! C’est vraiment très joli, même si malheureusement les lampions allumés sur les canaux et déposés par les bateaux se retrouvent ensuite parmi les déchets du bord de l’eau. La ville est blindée de monde le soir mais a vraiment beaucoup de charme avec toutes ces petites illuminations. On vous laisse juger par vous mêmes avec les photos ci-dessous 🙂

Hoi An de nuit
Hoi An de nuit
Hoi An de nuit

Autres activités à faire à Hoi An

Hoi An propose tout un tas d’activités, notamment des cooking class à gogo. Nous ne nous étendrons pas sur ce point car nous l’avons relaté dans notre article précédent, en tous cas on peut encore affirmer ici que c’était un super cours de cuisine et qu’on a adoré ce moment !

Fin du cours…

Hoi An est aussi réputée pour ses tailleurs car ici il est de coutume de se faire un costume ou des vêtements sur mesure. Arnaud a rapidement lâché l’affaire car vu qu’il n’a toujours pas repris les 7 kg qu’il a perdus, il risquerait de ne pas pouvoir utiliser son costume bien longtemps une fois de retour en France s’il reprend du poids à force de se régaler de magret de canard, de fromage et de vin rouge 😉 Moi (Claire) j’ai expérimenté la chose en souhaitant me faire faire une jupe longue, ce n’était pas l’affaire du siècle mais la jupe est quand même plutôt jolie donc on verra bien en rentrant !

Ma jupe

Les environs de Hoi An

Heureusement nous avons eu droit globalement à de belles journées durant notre séjour, enfin le soleil est revenu ! 🙂

Nous avons donc enfourché nos vélos pour aller voir :

  • Les environs à l’est de Hoi An, à savoir les water coconut fiels et la plage d’An Bang
  • Les environs à l’ouest avec l’île de Cam Kim

Nous ferons vite sur ce point : d’une part car nous avons trouvé les water coconut fields absolument sans intérêt, nous avons seulement vu des tas de constructions en cours et donc entendu des chantiers très bruyants (on était sans cesse doublé par des camions), et les plages vers Hoi An ne nous ont pas intéressés plus que ça (la route longeant An Bang n’est qu’un enchaînement de resorts et la petite plage autrefois charmante de Cua Dai ne ressemble plus… à rien ! Avec la montée des eaux, on voit à peine le sable qui est recouvert de gros sacs de toile pour ralentir l’érosion).

Campagne
« Plage » de Cua Dai

D’autre part quand nous avons voulu aller sur Cam Kim, manque de chance là encore, le vélo d’Arnaud s’est cassé !! Littéralement, oui, la pédale de gauche de son vélo s’est cassée du reste et il ne pouvait plus avancer… J’ai donc fait quelques kms seule pour voir un peu à quoi ça ressemble et le moins qu’on puisse dire c’est qu’on est loin de toute l’agitation touristique de Hoi An : c’est encore très authentique et bien mignon. Avec cette petite panne mécanique, on sera donc rentré plus tôt que prévu dans notre hôtel pour nous poser un peu.

Sur Cam Kim

Enfin, il est possible d’aller visiter le site de My Son, à environ 40 km de Hoi An. Un scooter est là nécessaire. On s’est senti un peu la flemme de faire cette excursion d’autant plus que le site semblait petit et ressemble à des temples Khmers que nous aurons l’occasion de découvrir sous tous les angles prochainement au Cambodge : on a donc passé notre tour !

Environs de Hoi An
Sunset à Hoi An

Hoi An et sa gastronomie

Comme nous l’écrivons depuis le début de nos aventures au Vietnam, ici nous goûtons à toutes les spécialités locales ou presque. Là encore, nous n’avons pas été déçus !!

Parmi les plats typiques de Hoi An, on trouve :

  • Les banh dap = petite galettes de riz frites qui entourent une galette de riz fraîche, on claque le tout entre ses mains et on déguste ça avec une sauce soja, sauce nuoc mam ou d’autres petites choses. Intéressant mais pas le meilleur que nous ayons mangé.
  • Les nem lui et le banh thit tuong, comme lors de notre précédente escale à Hue.
  • Les banh xeo = les fameuses galettes de riz parfumées au curcuma (ainsi de couleur jaune) fourrées aux crevettes, au porc et aux pousses de soja. Nous avons découvert ce plat à Hanoi et depuis on adore ça !
  • Le mi quang = un plat de nouilles de riz avec du porc (ou du poulet, du poissons, ou veggie, c’est selon sa demande), un oeuf dur, des légumes et une petite galette croquante de riz. C’est très bon !
Mi quang
  • Le cau lao = ce qu’on a cuisiné lors de notre cooking class, un plat typique de Hoi An à base de nouilles de riz qu’on ne trouve qu’ici. C’est délicieux !
  • Les white roses = raviolis vietnamiennes à la vapeur fourrés aux crevettes. On dirait des petits bonbons car ça fond dans la bouche !
  • Les fried wonton = sorte de tortillas vietnamiennes à base de farine de riz avec des crevettes, du porc, des petits morceaux de tomates, des épices et des herbes aromatiques. Trop trop bon.
Fried wonton (à droite)
  • Enfin, il faut savoir que le banh mi ici n’a rien à voir avec les banh mi qu’on mangeait dans le nord du Vietnam. Alors qu’il est servi principalement aux oeufs dans le nord, ici c’est surtout au porc avec quelques morceaux de pâté ou de cervelas, et pas mal de sauce piquante. Un délice 🙂

Après Hoi An, direction Da Nang

Après ce séjour à Hoi An qui nous a bien plu même si on doit avouer qu’on a pas eu de réel coup de coeur pour cette ville, nous avons légèrement… changé nos plans ! Nous devions poursuivre notre route vers le sud du Vietnam notamment en passant quelques jours à Dalat. Chercher un bus a de nouveau été le parcours du combattant puisque nous avons interrogé plusieurs agences et chaque fois nous avons eu des infos et des tarifs différents. Bus direct pour Dalat ? Arrêt à Nha Thrang ? Changement de bus ? Impossible d’y voir clair. Notre seule crainte était de prendre un bus soi-disant direct et qu’on nous pose à Nha Trang en nous demandant de changer de bus en devant payer pour un nouveau bus (véridique : il est arrivé exactement ça à des gens qu’on a rencontrés dans notre homestay). Puis un jour, on est retourné voir une agence qui nous avait proposé un certain prix la veille et qui à cet instant nous propose encore plus cher que tout ce que les agences de la ville proposent. La nana au guichet a commencé à s’énerver contre nous donc on est finalement parti dans l’objectif de chercher un autre moyen d’aller à Dalat pour échapper à cette galère de bus (impossible de savoir pourquoi mais ici le bus de nuit nous apparaît comme un truc qu’on veut éviter !), et de fil en aiguille en comparant les destinations et les prix des vols sur internet nous avons décidé de partir… à Hong Kong !!! On a en effet trouvé des billets à prix correct (120 euros /personne A/R) avec un retour à Ho Chi Minh ville où nous avons déjà un avion réservé pour le Cambodge le 19. On s’est un peu craqué mais c’était une occasion probablement unique de visiter cette ville mythique ! #emballage

Ciao Hoi An !

Ainsi, nous avons quitté Hoi An en faisant nos adieux à notre merveilleuse Phi, pour nous installer dans un super hôtel à Da Nang (meilleur rapport qualité prix de tout ce qu’on a pu avoir pour 9 euros la chambre) pour une nuit.

Avec Phi

Da Nang est connu des touristes pour ses grands hôtels en bord de plage. De notre côté, on a repris de nouveaux vélos et on a parcouru plus de 20 bornes pour aller admirer une lady buddha faisant… 67m de haut ! Bizarerement on était les seuls touristes à débarquer en vélos… Sur le chemin du retour, on en profitera pour mettre les pieds dans le sable (la plage en plein milieu du centre ville était clairement mieux que vers Hoi An), admirer tous les Asiat qui prennent un plaisir fou à se mettre à l’eau et prendre un petit jus de fruit au soleil couchant.

Lady buddha (avouez qu’elle en impose quand même !)

Après cet épisode, nous prenons donc le large pour de nouvelles aventures ; on peut d’ores et déjà dire (vu qu’à cet instant précis, on écrit de Hong Kong) qu’on ne regrette absolument pas d’avoir changé nos plans !

Sunset sur Da Nang

Infos pratiques (100 000 D = 3,71 euros) :

  • Bus Hue – Hoi An : 80 000 D / personne avec l’agence ATT Travel, 3 à 4h de route (exemple d’arnaque à la vietnamienne : d’autres touristes rencontrés dans notre homestay ont payé 180 000 D / personne pour le même trajet en sens inverse… soit plus du double !!)
  • Hôtel Village Love Homestay : 330 000 D / nuit pour une chambre double avec sdb et petit déj inclus (clairement trop bon, et très bon hôtel !) ; vélos gratuits mais pas de la meilleure qualité qui soit… Mais accueil de Phi et de la famille hyper chaleureux !
  • Cours de cuisine au Hi ! Restaurant : 20 US$ / personne ; le resto sert de très bons plats
  • Pour manger : food court sur la péninsule de Hoi An
  • Pour manger un excellent banh mi : Banh Mi Phuong, nous n’avons pas testé car il y avait trop de queue…
  • Prix d’entrée du pass pour les visites culturelles à Hoi An : 120 000 D / personne
  • Transfert privé Hoi An – Da Nang : 250 000 D
  • Lis Hôtel à Da Nang : 9 euros la nuit (en promo Booking) pour une chambre double avec super sdb, sans petit déj
  • Transfert Da Nang – aéroport de Da Nang : 75 000 D avec Grab

Commentaires

Commentaires

3 réactions au sujet de « Vélo à gogo à Hoi An »

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up