Bilan de nos 3 semaines aux Philippines

Bilan de nos 3 semaines aux Philippines

Déjà la fin de notre séjour aux Philippines, ce fut long et court à la fois !

Arnaud sous les cocotiers

Itinéraire sur 3 semaines

Notre itinéraire a été le suivant :

  • Arrivée à Manille et départ pour le nord de l’île de Luzon, où nous avons fait un superbe trek dans les rizières de Banaue

  • Descente pour l’archipel des Visayas, avec 4 jours sur l’île de Bohol (2 jours à Loboc et 2 jours à Panglao) puis 3 jours sur l’île de Cebu, à Moalboal

  • Puis, longue traversée par terre et mer pour rejoindre l’archipel de Palawan avec une escale à Coron Town (île de Busuanga) puis à Port Barton en faisant 2 stops à El Nido (pour dormir seulement)

Kayangan lake à Coron island
Sympa le bain
Chocolate Hills
Vue panoramique sur les rizières

Nous avons eu l’impression de ne profiter pleinement que de la moitié de ces 3 semaines, tant nous avons passé de temps dans les transports… Parfois jusqu’à 24h pour rejoindre un spot, on doit dire que c’était bien plus compliqué que ce à quoi on s’attendait ! Sûrement une erreur de notre part sur ce point : nous avons peu préparé notre périple aux Philippines, après des semaines à vagabonder au Chili sans se mettre de deadline ou sans savoir où nous serions d’une semaine sur l’autre. Nous avons donc perdu beaucoup de temps à faire la jonction entre les différentes étapes que nous avions choisies. A refaire ce voyage, nous ferions davantage attention aux distances, moyens de transport et vols internes que l’on peut prendre, et nous passerions plus de temps dans chaque île avec moins d’étapes au final. Par ailleurs, on privilégierait des îles davantage à l’écart du tourisme de masse, comme Siquijor ou Camiguin. Enfin, on irait randonner près d’un volcan, car ça doit être assez chouette !

Pour voir en 3 minutes un condensé de nos 3 semaines aux Philippines, c’est ci-dessous que ça se passe :

Impressions

Pour poser par écrit nos impressions sur les Philippines, voici quelques mots qui nous viennent à l’esprit :

  • Bordel ! Sans conteste n°1, le niveau de désorganisation des infrastructures (aéroport, bus, van…) nous a particulièrement interpellés et nous a bien saoulés parfois…
  • Trafic : à Manille mais pas que, le trafic dans les villes philippines est tout simplement insupportable. Accrochez vous bien si vous avez prévu de voyager dans ce pays, et prévoyez chaque fois de l’avance quand vous devez prendre un vol ou un bus !
  • Pollution : pollution de l’air (air irrespirable dans certaines villes, nous avions les yeux rouges tout irrités lors de notre trajet Cebu City – Moalboal à respirer les gaz d’échappement à travers la vitre du bus), pollution de la terre (pas d’infrastructures pour la gestion des poubelles, qui se déversent à même le sol, plages pleines de déchets…), pollution de la mer enfin (du fait de l’essence rejetée par les bangkas, et des déchets venant des touristes et des resorts).
  • Développement d’un tourisme de masse sans développement durable : certaines plages comme celles d’El Nido ou Alona Beach n’existent plus du fait de tous les resorts qui bordent la côte, les constructions s’empilent les unes sur les autres, les vans sont de plus en plus nombreux sur Palawan, alors que la qualité des infrastructures ne suit pas… Bref, les Philippines sont devenues très touristiques à certains endroits, trop touristiques à notre goût et surtout avec le sentiment que le développement se fait sans réel encadrement. Il y a sans doute un risque de dégradation voire de danger pour toutes les richesses naturelles du pays (notamment les coraux) et les Philippins eux-mêmes qui se retrouvent dans des environnements pollués et relégués en périphérie de leurs villages pour faire de la place à nous touristes !
Déchets sur la plage d’El Nido
  • Chiens errants : plus encore qu’en Amérique du sud, les chiens errants ici sont absolument partout, mais surtout ils sont dégueu, plein de puces ou de maladies (souvent la chair à vif, c’est hard)…
  • Coq : l’incontournable du pays ! Que ce soit le poulet qu’on mange à toutes les sauces, ou le coq qu’on élève pour les combats archi dangereux dont raffolent les Philippins… le coq est partout et il ne cesse de faire du bruit !
Coqs
  • Riz : là aussi, l’aliment par excellence des Philippines, dont on admire le travail de production dans le nord avec les rizières en terrasses, ou sur les îles où les rizières sont plates mais très vertes et où l’eau reflète le soleil qui brûle la peau des travailleurs philippins.
  • Gastronomie : on a été plutot agréablement surpris par rapport a ce qu’on avait pu lire. Au menu, du poulet du porc ou encore du poisson, des fruits de mer, des légumes comme l’aubergine les haricots ou le potiron et la patate douce ; les Philippins mangent différents plats parfois au nom imprononçable comme le chicken adobo, le binacol, le tocino, le sinigang ou encore le chopsuey, le pancit canton, le chaolong et le bulalo. On n’a par contre pas testé le fameux Balut (embryon de poulet dans sa coquille), trop hard pour nous. Côté boisson, on trouve un peu de tout aux Philippines, pour notre bonheur de l’eau filtrée dans tous les restos (pas peur de tomber malade comme ça !), ou encore de l’ice tea et pour les bières cela tourne autour de la San Miguel et de la Red Horse. Enfin n’oublions pas le kalamansi, tout petit citron avec lequel les Philippines font des jus mais qu’ils servent aussi en accompagnement de tous les plats !
Dîner
  • Boulangerie : on en trouve dans tous les villages du pays, pas mécontents de manger un petit gâteau à la banane ou une petite brioche quand on a une petite faim !
  • Fast food : les Philippins en raffolent, et au-delà de la street food le fast food est très représentatif du pays ; ici vous trouverez des Jollibee dans toutes les grandes villes et villes secondaires, l’enseigne n°1 ; on trouve aussi plein de McDo qui servent tenez vous bien… des spaghettis ! Mais encore Chowking, la chaîne de fast food chinoise du pays…
Jollibee, chaîne n°1 de fast food aux Philippines
  • Pauvreté : entre les bidonvilles de Manille ou d’ailleurs, les petits villages perdus dans les rizières en montagne ou toutes les petites maisons faites de bric et de broc un peu partout, nous avons découvert les Philippines comme un pays où se côtoient la misère et la richesse des touristes et des plus puissants (notamment à Manille où les riches vivent dans des cités protégées et complètement recluses du reste de la ville). Rajoutons ici aussi la prostitution, face peu reluisante mais réelle dans le pays.
  • Conduite dangereuse : les chauffeurs des vans et parfois des taxis sont des conducteurs fous ! Sous prétexte qu’il faut aller vite et remplir les vans absolument à 100%, on se retrouve entassés comme des sardines à subir la conduite beaucoup trop rapide des Philippins. Ames sensibles s’abstenir.
  • Scooter : le moyen le plus simple pour nous touristes de découvrir les différentes régions des Philippines. Moyen de transport aussi bien développé pour les locaux.
  • Tricycles et jeepneys : les 2 moyens de transports locaux que l’on retrouve partout, chaque fois différents d’une ville ou île à l’autre !
Jeepneys à Loboc
  • Karaoké : les Philippins en raffolent à toute heure de la journée !
  • Homosexualité et transsexualité : très tolérées et acceptées ici, cela nous a marqués en positif.
  • Gentillesse : les Philippins sont de manière générale ADORABLES ! Toujours souriants même dans la misère, toujours prêts à vous aider en cas de problème, doublement contents dès lors qu’on parle quelques mots de Tagalog… Ce sont des gens qu’on oublie pas ! En revanche, on peut aussi dire ici qu’un des traits qui les caractérisent est aussi le manque d’initiative : les Philippins de par leur culture et leur état d’esprit sont de très bons exécutants mais ils ont du mal à prendre les devants ! Ils vous diront toujours qu’ils s’excusent pour rien à de nombreuses reprises, demanderont l’accord de quelqu’un d’autre n’osant pas prendre eux mêmes de décision…
Petit souvenir de Yellow Hauz avec Jenny et son fils
  • Anglais : ici tout le monde parle anglais ou presque, l’anglais est enseigné aux enfants et il est facile de se faire comprendre partout, c’est plutôt agréable !
  • Tagalog : la langue d’origine des Philippins. Quelques mots faciles à retenir : “Salamat !” pour dire merci, ou encore ajouter “po” à toutes les petites expressions du style “Hello po”, “Salamat po” pour témoigner votre gratitude. Chaque fois, ils sont contents 🙂
  • Scolarisation : dans chaque village nous avons vu une ou plusieurs écoles, toujours super bien décorées avec plein de plantes, des enfants en uniforme (variant de couleur d’une classe à l’autre) et plutôt heureux !
Sortie de l’école
  • Basket : LE sport national du pays.
  • Culture, ou plutôt manque de culture : difficile de décrire ce que nous avons ressenti dans ce pays, mais plutôt que d’y voir une âme ou une culture de souche comme dans d’autres pays (par exemple le Cambodge ou la Bolivie), on y a vu une superposition d’héritages culturels dûs à la colonisation, et une absorption de certains rituels occidentaux sans que cela ait un réel sens ; l’exemple le plus parlant est celui de Noël, que les Philippins préparent dès septembre avec un tas de guirlandes électriques dans les rues et des faux sapins énormes dans les rues et dans les malls !
  • Island hopping : l’activité phare que l’on trouve sur les îles surtout sur Palawan. Et hop, plouf, à l’eau !
Bangka
  • Snorkeling et plongée : les amateurs de plongée sont servis aux Philippines, les amateurs de snorkeling ne sont pas en reste non plus. Coraux, tortues, sardines, poissons multicolores… on passe des heures dans l’eau ! On peut dire toutefois qu’on a vu plein de coraux morts et que le développement du tourisme à outrance ne devrait faire que du mal à ces beaux écosystèmes…
Oh la jolie tortue !
  • Bêbêtes en tous genres : des tarsiers tout mignons qu’on trouve à Bohol aux gekos en passant par les moustiques, les cafards et les fourmis, prévoyez une moustiquaire si vous passez comme nous dans des chambres pas toujours au top du top
  • Humidité : il va falloir nous y habituer car c’est ce qui nous attend pour nos 4 mois encore en Asie, mais c’est vrai que c’est parfois difficilement supportable ! Entre les nombreuses averses voire pluies diluviennes qu’on a eues et l’humidité permanente qui te met en sueur pour le moindre petit mouvement, ici on a été bien trempés !
Aquarium

Coups de coeur et déceptions

Parmi le top de ce que nous avons fait, on placera sur le podium :

  • Notre trek dans les rizières de Banaue, les paysages étant sublimes, le dépaysement très fort et la chance que nous avons eue était d’être seuls avec un super guide pour ces 3 jours de marche ;

  • Moalboal, pour ses magnifiques couchers de soleil et ses spots de snorkeling assez préservés finalement ;

  • Coron island, pour ses paysages karstiques superbes (gâchés cependant par la masse de touristes qui les visitent) ;

  • Port Barton, petit havre de paix sur l’archipel de Palawan

Côté hôtel, notre palme va au Stefanie Paradise Inn à Loboc, un petit havre de paix où on était bien posé et où on a bien mangé !

Prêts pour le trek !
Sunset à Moalboal
Plage de Port Barton
Kayangan lake

Parmi les flops de notre séjour, on notera :

  • Panglao et El Nido, véritables nids à tourismes dénués de charme selon nous ;

  • Nos nuits avec les cafards ;

  • Les trajets interminables que nous avons faits en bus, van, ferry, avec parfois de très très très longues attentes à l’aéroport par exemple… mais ça c’est de notre faute.

Sunset

Budget

Avec un budget moyen de 29 euros par personne et par jour, nos dépenses les plus importantes sont liées aux transports (étant donné que nous avons pris beaucoup de vols internes, 2 fois le ferry et plusieurs vans… Cela fait la moitié de notre budget et c’est énorme !).

Nous avons fait attention tous les soirs à notre budget logement, loin de nous les resorts donc car nous étions souvent dans des petites chambres à moins de 1000 pesos, souvent avec salle de bain partagée et sans vraiment de confort. Ca nous a parfois fait péter un plomb d’ailleurs car on était fatigué à cause des transports et nous ne trouvions pas de quoi vraiment nous reposer dans les hôtels que nous avons fréquentés… On ressort donc plus fatigués à la fin de notre séjour qu’en arrivant ici !

Par ailleurs, on a fait attention à notre budget resto, sans trop de folies même si on doit dire que cela coûtait un peu plus cher que ce à quoi on s’attendait. Ce budget est relativement plus cher que la part qu’il représentait en Amérique du sud puisqu’ici on ne se fait pas à manger : on mange tout le temps dehors. On a sauté quelques repas et pris pas mal de petits pains à la boulangerie parfois le midi pour économiser un peu !

Cochons sur le grill

Conclusion

Voilà, notre séjour s’achève aujourd’hui. Même si les Philippines n’ont clairement pas été notre coup de coeur du voyage, nous sommes contents d’y avoir mis les pieds ! Malgré les impressions quelque peu négatives que nous gardons de notre voyage ici (pollution, manque d’organisation, trafic, tourisme de masse…), nous garderons à l’esprit les villages authentiques que nous avons aimés (dans la région de Banaue mais aussi à Port Barton par exemple) ainsi que les visages souriants des Philippins dont nous avons croisé le chemin (mention spéciale à June et à l’équipe du Banaue Homestay qui étaient tous au top !) et enfin les paysages incroyables que réservé l’archipel.

Nous craignons que les destinations magnifiques que nous avons vues (et celles que nous n’avons pas vues également) ne se dégradent dans les années à venir au regard de ce que nous avons vu comme développement sans réelle qualité d’infrastructures et d’encadrement. Espérons que les plages paradisiaques gardent leur charme et que les coraux et la faune sous marine (mais aussi terrestre, pensons aux petits tarsiers de Bohol) ne meurent pas des effets du tourisme, même si hélas on en a peur…

N’oublions pas enfin les quelques rencontres sympathiques de voyageurs qu’on a faites aux Philippines, les personnes se reconnaîtront si elles lisent cet article 😉

Nous partons désormais pour une immersion dans l’archipel des Célèbes, autrement appelées Sulawesi, en Indonésie !

8 réactions au sujet de « Bilan de nos 3 semaines aux Philippines »

  1. Bonjour !
    Petite question vous avez dit avoir eu un guide sympa !
    Pourriez vous me renseignez un peu plus ? Comment l’avez vous trouvé ? Est ce vraiment nécessaire d’avoir un guide ? Ou avez vous dormi pendant votre treck dans les rizières ?

    Merci d’acance

    1. Bonjour Axelle,
      Désolée tout d’abord de ne répondre que maintenant !
      Concernant le guide que nous avons eu pour les 3 jours de trek à Banaue était top, il s’appelait June et nous l’avons eu grâce à l’hôtel Banaue Homestay. Tout est écrit dans notre article sur ce sujet : https://energiesvagabondes.com/riz-a-volonte-a-banaue/
      Il est possible de faire en solo quelques arrêts dans les stops les plus recommandés mais pour le reste, un guide me paraît quand même nécessaire car on se faufile vraiment dans les rizières. Cela dit nous avons rencontrés un groupe de jeunes qui marchait sans guide !
      Sur le chemin il y a de quoi loger notamment dans les villages de Batad et Cambulo mais en mode confort très light, ça fait partie de l’aventure 🙂
      J’espère avoir pu vous renseigner, n’hésitez pas si besoin et surtout bon voyage ! Cette région est juste magnifique.
      Claire

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up