De Chile Chico à Puerto Montt par la Carretera austral

De Chile Chico à Puerto Montt par la Carretera austral

Hop, nous voilà de nouveau au Chili ! Après notre super séjour à El Chalten et notre trek autour du Fitz Roy, nous avons repris le bus pour remonter un peu plus au nord, laissant hélas derrière nous le parc de Torres del Paine où nous avons décidé de ne pas aller – pour savoir pourquoi, cf notre article sur le Perito Moreno. El Calafate restera donc le point le plus au sud de l’Amérique latine où nous sommes descendus !

De là, nous avons entamé un super périple de plusieurs centaines de km sur la célèbre Carretera austral…

#MinuteCulture : Qu’est ce que la Carretera austral ? Il s’agit du nom donné à la route n.7 du Chili, la seule route qui traverse toute la Patagonie chilienne entre Villa O’Higgins au sud et Puerto Montt au nord. Elle fait près de 1200 km de long. Inaugurée en 1986, sa construction a été ordonnée par le général Pinochet. A plusieurs endroits, la route est coupée par les eaux (des fjords ou de l’océan) et il faut savoir que cette route n’a jamais été achevée ! Plutôt qu’une route goudronnée, c’est donc une piste caillouteuse sur certaines longues distances… Par ailleurs, mieux vaut se renseigner sur les fréquences des bus qui l’empruntent, il n’y en a pas partout tous les jours !

La Carretera austral à La Junta, avec un panneau “hommage” au général Pinochet

Passage de la frontière entre Los Antiguos et Chile Chico

Bref, de retour dans le bus donc, nous avons de nouveau passé près de 24h sur la route : 3h entre El Chalten et El Calafate + 5h d’attente à El Calafate + 4h de El Calafate à Rio Gallegos + 14h de Rio Gallegos à Perito Moreno (bus de nuit) + une petite heure de Perito Moreno à Los Antiguos. Heureusement le trajet s’est mieux passé ici qu’à l’aller car le service était de meilleur qualité (ouf cette fois on a eu notre repas chaud !). A Los Antiguos nous avions le choix entre tenter le stop et marcher à la frontière avec le Chili, ou prendre un petit van. La flemme l’a emporté et nous avons donc opté pour le trajet en van (clairement pas donné), nous étions seulement 4 à bord du véhicule et on a croisé une jeune femme qui tentait le stop en vain sur la route quasi déserte… Aucun problème pour nous à la frontière surtout que nous avions préparé le coup : nous avons fini en “2-2” tous les fruits qu’on avait achetés ainsi que le jambon et le fromage qu’on a mangés en 15 minutes à Los Antiguos ! Car oui, il est interdit d’importer TOUS fruits ou légumes au Chili ainsi que plein d’autres produits comme les graines, le miel, le fromage non pasteurisé etc… Ils passent tout aux rayons X, gare à ceux qui tenteraient par exemple de passer la douane avec des bananes (cela dit ils ne fouillent même pas les passagers…) !

Notre dernière escale en Argentine : Los Antiguos !

Chile Chico

Une fois l’épisode de la frontière terminé, nous sommes arrivés à Chile Chico, 1ère ville qu’on trouve alors au Chili et où nous étions les seuls touristes. Le temps pour nous de déposer nos sacs, on s’est offert une petite bière locale au bord du lac. Il aurait été possible de prendre un ferry pour rejoindre Puerto Ibanez au nord, mais nous avons préféré dormir une nuit dans ce petit village pour reprendre la route le lendemain en direction de Puerto Rio Tranquilo.

Bateau des carabinieros à Chile Chico

De Chile Chico à Puerto Rio Tranquilo

Après une bonne petit nuit, nous étions donc de nouveau sur la route dans un van… rien que pour nous ! Aucun autre touriste à l’horizon, la mamita qui nous a conduits était super cool et nous a donné quelques explications au cours du trajet sur les paysages alentours (laguna verde, mine d’or, peinture rupestre…).

Vue sur les montagnes enneigées depuis le minibus

Il faut dire que le trajet en question était tout simplement magnifique !! Cela a duré environ 4 heures, pendant lesquelles on a pas décroché nos yeux de la vitre pour découvrir l’immensité du lac, les falaises tombant à pic parfois dans l’eau couleur bleu Klein, les collines toute vertes après la pluie ou encore les champs parsemés de moutons, chevaux sauvages et autres vaches en tous genres. Après une petite pause à Puerto Guadal où Arnaud s’est régalé d’un roulé saucisse (il adore ça ! haha) et d’une empanada bien grasse, on a repris la route pour finalement arriver à Puerto Rio Tranquilo après avoir longé la rive nord ouest du lago General Carrera dont les eaux sont d’un bleu turquoise incroyable !

Puerto Rio Tranquilo et ses cathédrales de marbre

Comme l’indique son nom, le village de Puerto Rio Tranquilo n’est autre qu’un petit port très tranquille. A notre arrivée, le van nous a déposés devant une auberge que nous connaissions de nom au travers des blogs que nous avons lus sur la région : chez Silvana. La proprio qui n’était pas là quand nous sommes arrivés(c’est souvent le cas ici) nous a rejoints et nous a proposé une chambre qu’on a acceptée un peu trop vite… Les photos vous parleront surement plus que ces quelques phrases, on s’est retrouvé dans un hostel qui n’a de ça que le nom, un sombre bordel dans lequel on a eu super froid et sans aucun confort ! Ce qui nous a sûrement le + choqués a été de voir le lendemain matin au réveil la proprio de l’hostel nous voir frigorifiés et ne pas allumer le poêle après une nuit bien bien fraîche.

Et à ce moment là grosse angoisse : il ne faisait que pleuvoir à grosses gouttes avec beaucoup de vent, ça ne s’arrêtait pas depuis des heures… Il nous était alors impossible de faire une sortie en bateau sur le lac (la seule chose à faire ici en plus du fait de pouvoir faire une excursion sur le glacier Exploradores – 75 000$ la journée, non merci pour nous !). Vêtu de nos magnifiques ponchos, on est donc sorti sous la pluie en quête d’un autre hostel (le meilleur qu’on ait vu demandait 92 000$ par nuit – soit plus de 90 US$on a vite filé ailleurs !), tombant finalement sur une hospedaje / camping très chaleureux et très bien un peu à l’écart du centre ville.

Puis nous avons profité d’une éclaircie pour faire la fameuse sortie en bateau, malgré une organisation un peu hasardeuse (la basse saison n’aidant pas). On a pas regretté du tout ce tour que j’avais envie (Claire) de faire depuis très longtemps !

Capillas de Marmol

Car à Puerto Rio Tranquilo, il y a une chose à voir : une merveille de la nature appelée “capillas de Marmol” ou encore caves / cathédrale et chapelle de marbre en français. ll s’agit en fait de formations géologiques minérales de carbonate de calcium issues de l’érosion des bords du lac du fait de la pression exercée par les glaciers de la région… En 1h et demi de temps, on a pu bien profiter de ces étonnants paysages avec une eau bleu turquoise incroyable et tout de même un sacré petit vent frais !

A la suite de ce tour nous avons tenté en vain de faire du stop pendant 2h… #bigfail

Le stop ça marche pas !!

Destination Villa Cerro Castillo

Après une meilleure nuit à l’hostel Bellavista, nous avons repris la route en direction du Nord, pour Villa Cerro Castillo. Nous avons découvert ce lieu grâce à un steward dans un bus quand nous étions partis à La Serena, et les photos de la lagune devant les montagnes nous avaient fait saliver ! En plus, tout le monde parle du Cerro Castillo comme le nouveau Torres del Paine – que nous n’avons pas vu, on voulait donc se consoler ici – et il faut savoir que la réserve est désormais devenue parc national – attention, il vaut donc mieux le visiter rapidement avant que tout soit transformé pour le tourisme “de masse” et que tout devienne super cher !

Vue sur le cerro Castillo

3h et demi de route plus tard, nous sommes donc arrivés à Villa Cerro Castillo, avec l’étrange impression d’arriver dans un village fantôme. La route qui passe ici est en travaux (du moins ils ne semblent ne jamais avoir été terminés), un nouveau quartier est en construction face aux montagnes et l’ancien village était bien endormi… On a vite trouvé une petite auberge, là encore chez une petite mamie et où on a croisé 2 Suisses qui ont le courage de faire toute la carretera austral en vélo ! On était bien admiratif… Puis comme on voulait en savoir plus sur les environs, on est allé marcher dans la campagne qui entoure le village. Et là, en cherchant à savoir comment monter le lendemain à la lagune face au Cerro Castillo, on a compris qu’on devrait abandonner notre projet… tout simplement car le chemin était fermé jusqu’en novembre ! Trop de neige, trop de glace, trop dangereux. NADA, tout est fermé ici ! Comme on était un peu déçu on s’est consolé en buvant une bière “locale”… c’était un peu cher mais tanpis !

On a fini cette journée un peu morose en mangeant un énorme plat de saucisses spaghettis (bien morose, oui) et en filant se coucher sans chauffage, Arnaud dans son sac de couchage et moi sous 6 couvertures que j’avais piquées dans tout l’hostel. En Patagonie, il fait très froid !

Dîner spaghettis knacki dans le froid

Pour avoir un aperçu animé en 4 minutes de ce qu’on a vécu durant ces 10 jours, n’hésitez pas à regarder cette vidéo !

 

De Villa Cerro Castillo à Puyuhuapi en passant par Coyhaique

Le réveil à 7h a été un peu glacial mais heureusement on a pu sauter rapidement dans un taxi/minibus pour nous rendre à Coyhaique grace à notre petite mamie qui avait prévenu le chauffeur la veille.

Le cerro Castillo au réveil dans les nuages

Comme nous n’avions pas entendu de bons échos de cette ville (la + grosse de la région), nous avons acheté direct un ticket de bus pour rejoindre Puyuhuapi l’après-midi. En attendant, on en a profité pour faire les courses, déguster un café bien chaud bien kiffant au soleil sur la place principale de la ville, et utiliser le wifi gratuit pour donner et prendre des nouvelles de nos proches et de nos potes. A 14h30 nous étions de nouveau dans un minibus pour un trajet que nous pensions relativement court, mais c’était sans compter sur les surprises réservées par la route…

Le paysage tout du long était juste magnifique : montagnes, canyons, rivières et lacs, grandes prairies d’un vert éclatant recouvertes là encore de moutons et de vaches qui semblent avoir une belle vie. Et puis, à 15 km de notre destination, nous nous sommes retrouvés bloqués… car la route était fermée ! Plus de chemin, en travaux à cause des éboulements et car cette portion de route a généré trop d’accidents et doit donc être refaite. On a donc attendu près d’une heure à ne pas trop comprendre ce qui se passait, pour que finalement notre minibus monte sur une embarcation qui avance TRES LENTEMENT – à savoir 5 km en 1h !

La route s’arrête là

On a alors assisté à un magnifique coucher de soleil sous l’arrivée d’un bel orage puis nous sommes arrivés à Puyuhuapi sous la pluie. Après quelques minutes nous avons vite trouvé une hospedadje, chez Valentina, où la proprio était très gentille et nous a installés dans une sorte de maison rien que pour nous !

Sunset sous l’orage

Puyuhuapi et le “ventisquero colgante”

Puyuhuapi, drôle de nom tout mignon, non ? L’histoire de ce village est étonnante puisqu’elle remonte aux années 1930 quand quelques colons allemands se sont implantés ici en fuyant les années de récession européennes. Ils ont été rejoints plus tard par des habitants de l’île de Chiloe (où nous irons ensuite) et ont bâti un tout petit village en aménageant les environs de leurs bras dans un climat froid et très humide. Le village, situé au bord d’un fjord, se compose principalement d’un petit port un peu abandonné, de maisons de style traditionnel de la campagne chilienne mais aussi de maisons d’architecture germanique, d’une brasserie allemande et apparemment d’une ancienne fabrique de tapis.

Notre plan était de nous rendre à 20 km au sud de la ville pour une rando sympa nous menant face à un glacier suspendu appelé “ventisquero colgante”. Il y avait certes quelques offres d’excursions, mais pour 30 000$ le transfert AR on a vite décidé d’y aller par nos propres moyens ! Comme il y a peu de bus dans le coin, on était debout à 5h50 pour prendre l’unique bus qui descendait au sud à 6h20. Une fois dedans, nous avons dû reprendre la petite embarcation au moment de la route coupée, puis nous sommes arrivés dans le parc Queulat à 8h avant même qu’il n’ouvre et heureusement le gardien nous a laissé rentrer.

La rando a été bien sympa car la végétation ici est incroyable – c’est tellement humide que ça pousse de partout – mais aussi car la vue sur la lagune verte et le glacier suspendu est impressionnante, qu’on passe sur un super pont au dessus de la rivière et car en haut on s’est offert un petit dej trop bon à base de pain de Pâques (un pain bien consistant avec plein de fruits secs), de beurre salé et de miel 🙂 Par contre, Claire a réussi à se rétamer 3 fois, décidément elle a l’art de se casser la figure un peu partout…

Arnaud sur le pont suspendu
Glacier suspendu

Au retour nous n’avions pas d’autre choix que de tenter le stop puisqu’il n’y avait pas de bus avant 19h (et il était à peine 13h). Nous avons croisé au moins 5 pick up et des camions mais personne n’a voulu nous prendre ! On était bien râgeux ! Heureusement au bout d’1h30 de marche on a finalement été pris par une Chilienne très sympa (Natalia, la revanche par rapport à la Natalia argentine qu’on avait rencontrée à El Chalten…) et qui nous a même offert un peu à manger. Ici le stop, c’est une question de chance parfois mais surtout il faut être patient !

Le stop a marché !!

De Puyuhuapi à Chaiten, entre mauvaises et bonnes surprises

Notre destination suivante était Chaiten à environ 4h30 de route au nord de Puyuhuapi. Seulement voilà, il n’existe pas de bus direct et il fallait nous arrêter à La Junta, sorte de ville croisement au milieu de nulle part. Nous avons donc attendu à Puyuhuapi jusqu’au soir pour reprendre le minibus que nous avions eu le matin même. Nous avons même attendu plus de 3h, sur un banc dans le froid, à guetter chaque véhicule passant sur la route au loin, tout ça de nouveau à cause de ce problème de route coupée !

Une fois dans le minibus à 21h, on était crevé et on avait juste envie de se coucher pour repartir le lendemain à 7h de La Junta. Mais arrivés à La Junta, il nous est arrivé 2 choses :

  1. On s’est rendu compte que ce village était le lieu où s’arrêtent tous les camionneurs qui roulent dans la région. Pour éviter de partager une chambre un peu miteuse avec certains d’entre eux, on a dû payer + cher un hôtel où rien n’était négociable et où on a même pas pu dîner…
  2. On nous a alors fait comprendre qu’il n’y avait pas de bus pour Chaiten le lendemain ! Mais non ? Mais si ! Comme des idiots, nous avions lu trop vite le papier des horaires de bus, en prenant pour un “lunes a viernes” (“lundi à vendredi”) ce qui était en fait écrit… “lunes y viernes” (“lundi et vendredi”). Une question de “y” ! Or, le lendemain nous étions jeudi, donc PAS DE BUS.

Voilà, on était carrément blasé, on s’est couché sans manger en ayant froid et en se disant qu’il fallait absolument qu’on se barre d’ici le lendemain.

Heureusement dans cet hôtel, on nous a servi un petit déj, de quoi prendre des forces avant le départ. Car ce matin là nous étions décidés à retenter le stop ! Ni une ni deux, nous voilà postés à la station essence sur les conseils du gérante de l’hotel avec notre super papier “Sta Lucia / Chaiten por favor :)”. On s’est dit qu’un smiley ça ferait la diff !

Nouvelle tentative de stop

Et là, miracle, on a attendu seulement 10 minutes avant qu’un mec nous embarque dans son pick up !! Notre jour de chance ! On a passé 2 bonnes heures à rigoler, Claire essayant de baragouiner espagnol, Arnaud faisant des blagues, et notre chauffeur Arturo de son prénom était trop cool ! Véritable entrepreneur, il a une agence de voyage et surtout une cerveceria à Puerto Rio Tranquilo et vient d’obtenir le bail pour monter une autre brasserie à Villa Cerro Castillo… La scène où il a reçu un appel lui annonçant qu’il avait eu l’accord pour cette nouvelle entreprise était bien marrante, il était tellement euphorique qu’on aurait dit que le Chili avait gagné la coupe du Monde 😉 Et le plus drôle dans tout ça, c’est qu’il n’aime même pas la bière ! Bref, on a passé un super moment et de loin on en profite pour lui dire de nouveau un grand merci ! (Et pour la peine, on vous file les coordonnées de son agence et de sa cerveceria dans les infos pratiques si vous passez dans le coin)

Avec Arturo notre sauveur en stop !

Chaiten et son volcan

Une fois arrivés à Chaiten, nous avons déposé nos affaires à l’hostel Rita où là encore on s’est retrouvé seul dans une grande maison. Après avoir cherché des infos pour faire une excursion dans le coin, on a fui papy Nicolas qui tient un petite agence dans le centre ville car il était beaucoup trop bavard, pour nous offrir finalement un petit resto de poissons – cazuela de mariscos + du congre pour Arnaud, une belle découverte.

On finira cette journée à ne rien faire car parfois ça fait du bien, à se promener dans la ville qui a été détruite par l’éruption du volcan Chaiten en 2008, et à admirer un magnifique coucher de soleil face à l’océan. A noter aussi que ce stop a été important pour nous car on a enfin pu faire une lessive, la seule et unique depuis 1 mois de périple… On avait vraiment plus rien à mettre et on avait épuisé notre stock de slips qu’on porte en moyenne 4 jours de suite !!

Face à l’océan

Le lendemain, nous voilà en direction du volcan à 25 km de la ville, on décide de s’y rendre par nous-mêmes en bus. La rando est assez ardue car le chemin est bien pentu vers la fin, le climat humide, la végétation dévastée par l’éruption de 2008 et car on est entouré de moustiques insupportables !

Arbre mort

L’arrivée en haut n’en est pas moins spectaculaire et on passera un bon moment sous des nuages menaçants à admirer les lagunes dans la caldera, les fumerolles qui émanent du cratère et tous les arbres morts qui nous entourent. On se croirait un peu perdu entre Mars et la Lune !

Pour revenir à Chaiten, pas d’autre moyen que d’attendre qu’un véhicule passe… Nous attendrons ainsi plus de 3h puisqu’ici tout est rythmé sur les horaires des ferries un peu plus au nord. Nous avions l’espoir de prendre un bus vers 16h… et finalement nous retenterons le stop et serons embarqués dans un camion ! “Jamais 2 sans 3” comme on dit 🙂 Une fois de retour à Chaiten sous la pluie, on se posera  à l’hostel pour se poser jusqu’à la fin de journée…

Le stop a encore marché !!

Dernière étape du périple : de Chaiten à Puerto Montt

Notre plan initialement était de rejoindre l’île de Chiloe depuis Chaiten mais il n’y avait pas de ferry avant plusieurs jours. Nous avons donc opté pour un ferry jusqu’à Puerto Montt – l’alternative étant de prendre un bus qui monte sur une embarcation dès que l’océan coupe la route, ou alors de passer près de 24h dans le bus en passant par l’Argentine. Après 10h de trajet en bateau, nous sommes arrivés à Puerto Montt pour une nuit seulement, avec un superbe coucher de soleil sur les volcans de la région. Demain nous prendrons le bus pour rejoindre Chiloe !

Vue sur les volcans enneigés

Infos pratiques (taux de conversion 1000 pesos = 1, 37€) :

  • Bus El Calafate – Los Antiguos : environ 20h de trajet, 1745 pesos / personne avec la compagnie Taqsa
  • Minibus Los Antiguos – Chile Chico (avec passage de la frontière) : à peine 1h, 200 pesos argentins / personne (7 000$ chilenos / personne)
  • Hôtel à Chile Chico : 20 000$ la chambre double avec sdb partagée
  • Minibus Chile Chico – Puerto Rio Tranquilo : 4h en minibus environ sur une route magnifique, compagnie Martin Pescador (départ à 10h le matin), 15 000$ / personne
  • Hostel Silvana à Puerto Rio Tranquilo : 20 000$ pour une chambre double avec sdb partagée, on le déconseille !
  • Hostel Bellavista (fait aussi camping) à Puerto Rio Tranquilo : 20 000$ pour une chambre double avec sdb partagée, hostel très bien équipé
  • Bus Puerto Rio Tranquilo – Villa Cerro Castillo : 3h30 de trajet environ en minibus (départ en semaine vers 9h30 le matin), 5 000$ / personne
  • Hostel à Villa Cerro Castillo : 20 000$ la chambre double avec sdb partagée, pas vraiment de nom mais tout près de là où les bus arrivent
  • Minibus Villa Cerro Castillo – Coyhaique : 1h de trajet, 5 000$ / personne
  • Minibus Coyhaique – Puyuhuapi : 4h de trajet environ (6h pour nous du fait de la route coupée), 8 000$ / personne avec la compagnie
  • Hospedadje Valentina à Puyuhuapi : 20 000$ la chambre double avec sdb partagée
  • Minibus pour aller à l’entrée du parc Queulat : 1 seul / jour très tôt le matin, 1 000$ / personne
  • Minibus Puyuhuapi – La Junta : en fin de journée, 2 000$ / personne, 1h de trajet
  • Hostel à La Junta : 29 000$ la chambre avec 2 lits et sdb partagée + petit déj
  • Minibus La Junta – Chaiten : seulement lundi et vendredi à 7h le matin, 5 000$ / personne ; nous avons opté pour le stop !
  • Hostel Rita à Chaiten : 20 000$ la chambre double avec sdb partagée et très bons espaces communs
  • Minibus pour rejoindre le sentier du volcan Chaiten : 2 000$ / personne, le bus part le matin à 9h30 sinon il y a le bus Kemelbus partant chaque jour pour Puerto Montt à 11h
  • Minibus pour rentrer du volcan Chaiten : le bus venant de Puerto Montt passe tous les jours vers 16h, tarif 2 000$ / personne ; nous avons opté pour le stop !
  • Bus pour rejoindre Puerto Montt depuis Chaiten : tous les jours à 11h, 10h de trajet environ, 20 000$ / personne
  • Ferry Chaiten – Puerto Montt : 10h de navigation, 17 300$ / personne
  • Hostal Jacob à Puerto Montt : 27 000$ la chambre double avec sdb privative + petit déj (le moins cher qu’on ait trouvé sur Booking ce soir là)
  • Agence Pura Patagonia d’Arturo Yanez Cofré : www.purapatagonia.com / info@purapatagonia.com / Tél. +56 672392605
  • Cerveceria d’Arturo notre sauveur en stop à Puerto Rio Tranquilo : Restaurant Cerveceria Rio Tranquilo, qui se situe sur la route principale face au lac, c’est un bâtiment noir avec une grande terrasse en bois

8 réactions au sujet de « De Chile Chico à Puerto Montt par la Carretera austral »

    1. Bonjour Jean Come !
      Alors pour le van c’était avec la compagnie Martin Pescador, départ entre 9h et 10h le matin de mémoire (a vérifier pour le week end car je ne suis plus sûre qu’il y avait le service tous les jours…). Vous pouvez booker les tickets dans leur magasin dans la rue principale, la boutique est inratable 🙂
      Ils ont aussi une page Facebook et si besoin vous pouvez les contacter sur Whatsapp (en espagnol) : +56 997865285 ou +56 672411033 (je ne sais plus lequel marche).
      Bon voyage et enjoy Puerto Rio et la Carretera austral !
      Claire

  1. Bonjour 🙂
    J’ai une petite question pour rejoindre Chile Chico de Los Antiguos vous l’avez fait en mini bus mais où aller pour réserver et trouver ces mini-bus ?
    Et merci pour vos précieux conseils !

    1. Bonjour Noémie !
      Merci à toi pour ta question 🙂
      De Los Antiguos à Chile Chico on avait simplement pris notre ticket en arrivant depuis El Calafate, à la station de bus où on a été déposé.
      Je me souviens qu’on avait eu un peu de temps libre et que le van partait en début d’après midi (je ne sais plus s’il y en a plusieurs par jour…). On avait pas eu besoin de réserver en avance mais en même temps on était en basse saison.
      Ca peut aussi se faire à pied et en stop, mais entre les 2 postes frontières il faudra forcément marcher et c’est un peu long !
      Désolée si je ne peux t’en dire plus !
      En tous cas bonne route, tu vas adorer surtout si ensuite tu vas sur Puerto Rio Tranquilo et vers le nord sur la Carretera austral ! Un de nos meilleurs souvenirs de voyage… 🙂
      Claire

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up