Evasion spatiale et spirituelle à Battambang

Evasion spatiale et spirituelle à Battambang

Vous devez peut-être croire qu’on a un peu fumé avec ce choix de titre mais non, il est parfaitement assumé 🙂 On l’a voulu intriguant pour être à l’image de ce qu’a été notre court séjour à Battambang : surprenant et rempli de belles suprises !

#MinuteGéographie : Battambang est peu connue et peu visitée, pourtant c’est la 2ème plus grande ville du Cambodge après Phnom Penh. Loin de l’agitation touristique des temples d’Angkor ou de la circulation de la capitale, Battambang est une ancienne cité coloniale toujours importante aujourd’hui car au coeur de ce qu’on appelle le “grenier à riz” du Cambodge : ses environs campagnards sont en effet très fertiles pour l’agriculture.

Au cours de nos 2 jours sur place, nous avons finalement fait pas mal de choses :

  • Nous avons pris un cours de cuisine, comme on l’avait fait au Vietnam. On y reviendra dans un article dédié à ce sujet, comme ça on fera un bon topo sur la gastronomie cambodgienne 😉
  • On a visité le marché de Battambang, un des plus typiques qu’on ait faits en Asie !
  • On a découvert toutes les pagodes de la ville… de jour et de nuit ! Vous comprendez par la suite pourquoi c’était si bien 🙂
  • On a passé une journée hors des sentiers battus avec un guide complètement au top qui nous a appris plein de trucs super intéressants.

Donc c’est parti, on vous emmène voyager à Battambang !

Sur la route pour Battambang, on a vu des centaines de femmes entassées dans des camions au retour du travail…

Le marché de Battambang

A l’occasion de notre cours de cuisine, nous avons été au marché pour acheter une partie de nos produits. Notre accompagnateur nous avait bien prévenus : on verrait un peu de tout et surtout des aliments assez inhabituels pour nous autres occidentaux !

La visite était vraiment cool, au-delà des stands qu’on a désormais l’habitude de voir (avec toujours du potiron, c’est vraiment fou comme le potiron y en a partout) on est tombé sur un stand où l’on produisait en direct le lait de coco ; un autre où on a découvert pas mal de criquets et petits insectes dans le même genre ; un peu plus loin, de grosses grenouilles en train de se faire décapiter puis ôter la peau ; encore après des serpents… puis ce qu’on a pris pour de gros cafards mais qui étaient en fait apparemment de grosses puces d’eau ! A savoir aussi : la viande est vendue très très tôt le matin, et comme tous les produits frais doivent partir le jour même on transforme ce qui ne part pas : ainsi, on en fait des saucisses et de la viande séchée.

Alors sur ce, bon appétit 🙂

Au marché de Battambang
D’autres s’endorment carrément…

Visite des différentes pagodes (de jour)

Après notre cooking class, nous avons choisi d’aller de l’autre côté de la rivière qui traverse Battambang pour visiter 5 pagodes. Toutes différentes mais avec bien sûr des ressemblances, toujours un peu kitsch par endroit et avec une belle influence hindouiste, beaucoup de couleurs et des plafonds bien décorés !

Exemple d’un plafond de pagode : ça va, pas trop chargé !
Autre style de plafond

Ici, quasiment pas de touristes, on aura vraiment apprécié se balader dans les allées désertes en croisant des bonzes parés de leur tunique orangée. On a même pu discuter avec certains d’entre eux curieux de nous voir. On a aussi pu voir à Battambang les restes des anciennes maisons coloniales, ainsi qu’un petit temple chinois.

Personnage hindou
Détail d’une porte

En marchant dans ces différents lieux de culte, on a remarqué qu’étaient disposées plein de bougies. Au début, on s’est dit que c’était pour décorer les lieux de nuit. Puis, on a vu qu’il se préparait quelque chose car beaucoup de gens affluaient, on entendait très fort les prières de partout et il y avait de plus en plus de bougies, lanternes et parfois même des fleurs, des autels et des tapis rouges que les Cambodgiens installaient devant les pagodes. En nous renseignant un peu on a compris que… la journée était feriée en l’honneur de la fête célébrant l’éveil de Buddha, rien que ça ! Donc pour cette raison, on a décidé qu’on reviendrait jeter un coup d’oeil de nuit 🙂

Préparation de la cérémonie
Bougies et écriture cambodgienne
Nous dans une pagode

On remet le couvert (de nuit)

Nous voilà donc de nouveau dehors la nuit à Battambang pour retourner dans la dernière pagode que nous avions visitée en journée. Les bougies étaient bien là et pas encore allumées mais il nous a fallu peu de temps pour rejoindre le cortège et admirer le spectacle de tous ces Cambodgiens fervants en train de prier face à la pagode. Un jeune Cambodgien nous a rapidement pris sous son aile (malheureusement on aura pas pu lui dire au revoir ensuite mais on le remercie de loin !) pour nous offrir une lanterne et nous mélanger avec les locaux pour participer à la cérémonie.

Le jeune Cambodgien et ses amies (ou soeurs ?) qui nous a fait participer à la cérémonie
Les Cambodgiens en pleine prière

Les choses se sont passées vite, tout le monde était aligné avec ses bougies et ses lanternes, puis le mouvement s’est mis en marche et bientôt nous étions partis joyeusement avec tous ces Cambodgiens pratiquants, bougie et lanterne à la main, pour faire 3 tours de la pagode pieds nus ou en chaussettes ! Le spectacle était assez féérique et on était vraiment ravi de se retrouver là même si finalement c’était assez bizarre de prendre part à une cérémonie bouddhique alors que nous sommes totalement athées et juste de simples touristes aux yeux des locaux…

Jeune Cambodgienne lors de la cérémonie

Il y aura même eu des feux d’artifice au milieu de la cérémonie, on a entendu quelques cris car c’était tiré vraiment de près et les gens ici ne semblent pas être habitués à cette pratique 🙂

Après avoir pris 500 photos (au moins) de ce beau moment, on a décidé de laisser les Cambodgiens poursuivre leur cérémonie et nous de reprendre notre chemin… pour une autre belle surprise !

La super lune bleue de sang

“C’est quoi ce truc ?” ou “C’est quoi le rapport ?” vous devez vous dire… On vous rassure, là encore on a pas fumé et surtout on ne savait pas du tout ce que c’était jusqu’à cette soirée du 31 janvier 2018 où on a vécu quelque chose d’assez lunairement magique ! 🙂

Phénomène astrologique assez rare que celui-ci, il s’agit en fait de la combinaison de 3 phénomènes astronomiques : une “super lune”, une “lune bleue” et une éclipse lunaire… ce qui ne s’était pas produit depuis très longtemps ! En langage courant, cela veut dire que non seulement la Lune était très proche de la Terre et que du coup elle en devenait rouge avec le reflet de l’atmosphère terrestre, qu’en plus il s’agissait de la 2ème pleine lune dans le mois calendaire et qu’enfin il y avait une éclipse totale de lune.. Sacré programme. On ne cache pas qu’on a dû faire quelques recherches Google car ce n’était pas très limpide au départ pour nous (ça l’est peut-être toujours pas d’ailleurs haha). Bref, c’était assez exceptionnel et le truc encore plus incroyable pour nous c’est que ce phénomène n’était pas visible en Europe mais en Amérique du Nord, dans le Pacifique, en Russie et… en Asie ! On a donc été vraiment chanceux sur ce coup 🙂 🙂 🙂

On aura passé une bonne partie de la soirée à guetter le ciel pour voir la pleine lune changer de couleur, dorée puis en partie rouge voire pour nous très sombre, et redevenir dorée. Notre appareil photo n’était pas hyper performant, on a réussi à faire un cliché qui donne un peu le ton :

Super lune bleue de sang

Puis on a dégoté des photos sur internet qui en jettent un peu plus, vous en conviendrez ! Pour en savoir plus, vous pouvez suivre ce lien 🙂

Lune bleue de sang le 31 janvier 2018 (source : Google images)
Super lune bleue de sang en Russie (source : Google images)

Excursion hors des sentiers battus

Après cette belle soirée et pour notre 2ème journée à Battambang, nous avons choisi de visiter les environs de la ville avec Sam, un guide francophone installé ici depuis 10 ans (et ce sur les conseils de Claire à qui on fait coucou). En intro il nous a donné le ton : la journée serait un mix de “C’est pas sorcier” et de “Des racines et des ailes” 🙂

Autant le dire d’emblée : c’était une des excursions les plus décapantes qu’on ait faites en voyage avec un guide totalement fou fou et qui nous aura fait bien rire ! On vous recommande vraiment d’effectuer ce tour si vous passez par Battambang car c’est sans doute l’un des guides les plus intéressant que l’on ait eus jusqu’ici !

Lui c’est Sam !

Notre journée s’est passée en tuk tuk et en bonne compagnie : nous 3, Sam notre guide et 4 autres Français très sympathiques, Pauline, Jérôme, Christine et Virginie.

Photo de groupe

Nous avons sillonné les routes de campagne, traversé de petits villages, des pagodes, longé des champs de culture agricole (choux, salades, piments, aubergines, ail et fines herbes...) et des rivières où l’on voyait des filets de pêche et des barques en bois… tout en traversant une “usine” de production / transformation artisanale de poissons (séchés, fumés, transformés en sauce ou en pâte destinée à la cuisine…), voyant des locaux produire des galettes de riz (2000 par jour par stand !), une petite mamie fabriquer des cigarettes à la main (Sam nous a d’ailleurs dit qu’après la guerre beaucoup d’enfants soldats avaient consommé de la weed, pour oublier les atrocités vécues) ou encore une fabrique de barbecues en terre cuite et utilisant la cendre de riz comme isolant thermique (cela permet d’économiser du bois, cela coûte moins cher en combustible et cela permet de recycler la cendre plutôt que de la jeter !).

Poisson en train de sécher
Petite mamie trop mignonne avec ses cigarettes
Dans un village cham (= musulman)
Dans les champs
Enfants khmers

On aura aussi eu droit à un petit cours de géopolitique en mode Montessouri, super intéressant et ludique !

C’est parti pour 30 minutes de géopolitique

La fin de cette journée nous permettra d’assister à un coucher de soleil des plus spectaculaires et des plus inattendus : sur fond orangé et rose nous avons vu des milliers de chauve-souris s’envoler dans le ciel pendant près d’une heure ! On vous rassure, ici on en a pas mangé – notre expérience à Sulawesi nous a trop marqués 😂

Sunset et chauve-souris

Cette journée nous a permis de découvrir et de comprendre des facettes du Cambodge que nous ne connaissions pas, malheureusement pas toujours heureuses ou positives pour le pays.

On profite donc de cet article pour vous résumer quelques points intéressants que nous avons appris pendant notre passage au Cambodge, au-delà des épisodes historiques malheureux relatifs à l’époque Khmers rouges.

Sur la vie cambodgienne et la religion :

  • 3 mots sont importants pour décrire le Cambodge : la nation, la religion et le roi, tous 3 ont leur importance.
  • Le terme “Khmer” signifie soumission + mère ; le Cambodge est en fait une société matriarcale. Un peu comme au Vietnam, ici aussi c’est la Femme qui gère tout !
  • Le royaume khmer a d’abord été animiste puis hindouiste et enfin bouddhiste. Les Chinois sont arrivés au 15e siècle, puis les Français et enfin les Vietnamiens et les Thaï. Chacun y a laissé des traces.
Exemple d’une tombe chinoise
  • ‎Quand on visite un Wat, on ne trouve pas qu’une pagode mais cela représente un ensemble ouvert de 4 portes aux 4 points cardinaux, avec une ou plusieurs pagodes puis des stuppas (= caveaux funéraires) et des habitations.
Pagode
  • Le drapeau du Cambodge est bleu et rouge, couleurs du capitalisme et du socialisme ; souvent on trouve à côté un drapeau coloré différent, représentant la religion bouddhiste.
  • Les Wat vivent au travers des donations ; ici on donne pour avoir un bon Kharma !
  • Le bouddhisme est fixé sur le calendrier lunaire. Il faut savoir qu’au Cambodge (pareil qu’en France finalement), la religion est en fort déclin. Le bonze s’engage par nécessité davantage que par vocation : ici on a le service spirituel au lieu du service militaire ; ou encore parfois certains parents exigent que leur enfant soit bonze quelque temps comme pour retrouver le droit chemin.
  • On trouve des stuppas dans les Wat mais aussi dans les jardins des maisons. Au Cambodge les locaux préfèrent mourir chez eux et non à l’hôpital comme souvent en Occident. Le rapport à la mort est très différent de chez nous et n’est pas un tabou. On sait que le vie “ne fait que passer”, depuis tout petits les Cambodgiens apprennent à se prendre par la main (ce qu’on observe d’ailleurs quand on voit les enfants sur les trottoirs, ou s’occuper de leurs frères et soeurs ou cuisiner) et n’ont pas peur de la mort ou du lendemain. Le bouddhisme est ainsi une religion fataliste et selon lui la mort n’est pas une fin mais un nouveau commencement.
Petite maison des esprits à l’entrée d’une habitation
  • Pour faire le deuil plus vite, les enfants ramassent les os et les morceaux des défunts (parents, oncles et tantes) qui n’ont pas été totalement brûlés pendant la crémation ; ils les nettoient puis les disposent dans l’urne funéraire qui finit dans le stuppa. Cette pratique n’existe que pour les enfants, non pour les parents veufs.
  • Une femme qui se rase les cheveux est une veuve (ou une bonze) ; la durée est normalement d’un an sauf pour les personnes âgées qui restent rasées jusqu’en fin de vie.
Deux veuves
  • Au Cambodge (comme au Vietnam), on vit en communauté : plusieurs générations vivent dans une même maison. Par manque d’intimité, les Cambodgiens se retrouvent à fréquenter des “love hôtels”, dans lesquels on loue une chambre à l’heure.
  • Dans la continuité sur ce sujet, il faut savoir que la prostitution est un vrai fléau au Cambodge (on sera amené à en reparler plus tard – #teasing) ; d’ailleurs 50% des prostitué(e)s ont le sida… Et contrairement aux idées reçues, il faut savoir que les 1ers prédateurs sont les asiatiques ! Chinois, Vietnamiens, Thai : le business du sexe existe bel et bien et ils en sont friands, et malheureusement aussi avec des enfants.
  • La femme cambodgienne est considérée majeure à 15 ans ; les mariages arrangés sont encore de coutume dans le pays.

Sur l’économie du pays :

  • La seule industrie qu’on trouve au Cambodge est celle du textile car la main d’oeuvre est moins chère qu’en Chine. Sinon, tous les produits qu’on trouve dans le pays viennent de Thaïlande, du Vietnam, de Chine et du Japon.
  • Tout au Cambodge ou presque est détenu par des capitaux étrangers : chinois, français et russes. Les Chinois spéculent sur le foncier et achètent en masse en ville tandis que les Cambodgiens ne peuvent pas acheter si ce n’est en campagne (et encore). Après le régime Khmers rouges, certains ont récupéré gratuitement des terres et d’autres les ont acquises pour de modiques sommes d’argent. Aujourd’hui, la spéculation tourne à plein régime !
  • Faites l’expérience si vous êtes sur place : observez bien les hôtels, les restos et les boutiques (et même les fabriques et industries artisanales…), vous y verrez souvent des inscriptions en chinois et de petits autels bouddhistes. Cela veut dire que derrière, il y a des Chinois !
A l’entrée d’un bâtiment : le portrait de l’ancien roi, de sa femme et de son fils + une banderole chinoise
  • La monnaie en $ a été instaurée à l’époque comme temporaire après les Khmers rouges ; elle est finalement restée en vigueur. On estime qu’elle est la “monnaie échappatoire” qui permettra au pays de s’en sortir si jamais le système s’effondrait…
Un ancien billet de riels
  • Les Cambodgiens vivent à crédit (pour rappel c’est aussi ce que nous avons compris de la vie des Péruviens, des Chiliens etc…). Ainsi on voit souvent de petites affiches collées par exemple sur les arbres pour acheter à crédit un scooter, une voiture, un frigo… même les téléphones s’achètent à crédit (ou alors certains Cambodgiens vendent une parcelle de terre pour acquérir un smartphone dernier cri). Souvent les Cambodgiens (les Asiatiques de façon générale) ont plusieurs téléphones et plusieurs cartes SIM, ils ne mélangent pas le perso et le pro. Au Cambodge, les opérateurs de téléphonie sont russes, viet et chinois.
Affiche pour achat à crédit
  • Le pays produit 8% de croissance / an depuis ces dernières années ; mais comme dans toute économie mondialisée, les inégalités sont criantes et la majorité des locaux ne récupère pas le fruit de cette croissance. Comme on a pu l’entendre pendant notre séjour : “ici le Cambodgien travaille mais c’est le Chinois qui encaisse“…
  • L’inflation au Cambodge est de 15% par an ces dernières années !
  • Il n’y a pas de retraite au Cambodge, ce sont les enfants qui payent pour leurs parents.
  • Les Cambodgiens ont 2 semaines de vacances par an mais ne prennent qu’une semaine car sinon ils ont peur de perdre leur emploi… On est loin de notre bon régime social français !

Quelques éléments sur le développement du pays dans les prochaines années :

  • Comme dit dans notre article sur Otres Beach, apparemment le nucléaire (russe) fera bientôt son apparition au Cambodge, à Sihanoukville. A ce jour, les Cambodgiens achètent l’électricité au Vietnam, ce qui leur coûte cher.
  • Une autoroute est en train d’être construite du Vietnam à la Thaïlande. Une première car les autoroutes n’existent pas dans ces pays là !
  • De nouvelles infrastructures routières et aériennes devraient bientôt voir le jour ; Vinci à en charge le futur aéroport international de Phnom Penh.

Côté écologie et développement durable :

  • Comme évoqué dans notre article sur Kampot, la déforestation fait des ravages au Cambodge : 65% des terres étaient de la forêt y a 30 ans, contre 15% aujourd’hui…
  • Et sur un sujet qui nous tient à coeur, le respect de l’environnement : il faut savoir que le Cambodge a fait de gros progrès ces dernières années dans la gestion de ses déchets, même si la pollution visuelle nous paraît encore insupportable à nous Européens. Si l’on remet les choses dans leur contexte, n’oublions pas que nous – pays développés – envoyons tous nos déchets industriels (voitures, électronique, électroménager…) dans les pays en développement : on contribue donc aussi et encore plus fortement à la pollution des pays asiatiques 🙁 Cela n’empêche qu’on a toujours du mal à comprendre comment les locaux peuvent accepter d’avoir un jardin, des champs, des rivières et des routes pleins de plastique et de poubelles…

Et enfin dans un tout autre registre, et sur un ton plus positif, fun fact : il faut savoir que la pétanque est un sport national au Cambodge. Les femmes y excellent apparemment ! On a observé des hommes y jouer, dans un style différent que celui qu’on connaît autour du pastis… 😉

Une chose qu’on a bien compris également c’est qu’après plusieurs années de guerres et un auto génocide, le pays se relève doucement. Aujourd’hui la majorité des Cambodgiens aspire uniquement à un pays en paix et à profiter de la vie (et ils ont bien raison). On espère juste que le fort développement du pays porté principalement par des capitaux étrangers leur profite aussi un peu à l’avenir.

Une dernière anecdote rigolote pour la route

Pour finir cet article il y a une autre petite chose que nous n’oublierons pas : un grand moment pour Arnaud qui a croqué à pleines dents dans un petit pain brioché qu’il croyait fourré à la crème et qui avait l’air super bon de l’extérieur mais qui était en fait… fourré d’une pâte au durian !!! La sanction fut immédiate pour Arnaud dont les papilles ont simplement hurlé de dégoût ! Allez pour aller encore plus loin dans le comique il faut savoir qu’ensuite Arnaud avait trop peur de roter car même ses rots puaient l’odeur infâme du durian !

Si vous souhaitez imaginer sa tête vous pouvez regarder cette petite vidéo (surtout à partir de 2’30 c’est vraiment drôle haha) 😉

Voilà comment se finit notre article sur une note sympathique 🙂

Là, c’est Arnaud qui crache des chauve-souris avec son nez, une véritable grotte 

Vous l’aurez compris, on a appris beaucoup de choses au Cambodge et particulièrement durant notre court séjour à Battambang ! Grâce à ces découvertes culturelles et historiques, grâce à la poésie de la cérémonie célébrant l’éveil de Buddha et de la super lune bleue de sang, et grâce aux paysages de campagne qui étaient très beaux (ça doit être encore plus canon en saison des pluies), c’est certainement un des épisodes qui nous aura le plus marqués lors de notre voyage au Cambodge !

Maintenant, mettons les voiles vers ce que tout le monde attend avec impatience quand on visite ce pays : les temples d’Angkor.

Infos pratiques (taux de conversion : 1$ = 0,80 euro ; 4 000 riels = 1$) :

  • Van Otres Beach 2 – Phnom Penh puis Phnom Penh – Battambang : 16$ / personne, environ 12h de trajet avec 1h30 de pause dans la capitale
  • Lucky Hostel à Battambang : 13$ la chambre double avec sdb privative et sans petit dej ; grande chambre propre, hôtel récent et de qualité !
  • Pour manger à Battambang : Nary Kitchen, White Rose, HOC Café ou Jaan Bail (on a pas testé mais il nous a été recommandé)
  • Pour prendre un cooking class : Nary Kitchen (10$ / personne)
  • Excursion avec Sam : vous pouvez le contacter (enfin plutôt sa femme, c’est elle qui gère la com et elle est très sympa !) via son blog ou sa page Facebook, ou encore via Whatsapp ( +855 78 670 357). Prix variant selon le nombre de personnes en visite. Pour nous : 16$ / personne dans un groupe de 7. Sam et Anelyse proposent aussi 2 maisons ou loger un peu à l’écart du centre ville.

3 réactions au sujet de « Evasion spatiale et spirituelle à Battambang »

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up