Pause salée poivrée à Kampot

Pause salée poivrée à Kampot

Suite à nos quelques jours dans la capitale cambodgienne, nous voilà sur la côte sud : à Kampot. La province de Kampot est connue essentiellement pour son poivre (de renommée mondiale) et pour la tranquillité de ses campagnes ; nous avons décidé d’y passer quelques jours.

Bienvenue à Kampot

Arrivée à Kampot

Après un trajet de 3h en minivan depuis Phnom Penh (réservé en ligne, parfaitement organisé), nous sommes arrivés à Kampot. Une horde de chauffeurs de tuk tuk nous est alors tombée dessus et on a vite compris qu’on aurait droit à ce même cinéma chaque fois qu’on prendrait un bus ! Quelques minutes plus tard nous étions à notre guesthouse : Samon’s village, un ensemble de petits bungalows en bois et en bambous avec un espace bar resto très cool pour chiller au bord de l’eau. C’est là qu’on prendra quasiment tous nos repas à base de curry vert super bon, de bières pression et de smoothies.

Espace détente
Curry vert et thé glacé

Excursions dans les environs de Kampot

Pour découvrir les environs il est idéal de prendre un vélo ou un scoot (on peut aussi faire du kayak oklm sur la rivière). Avec ma maman on a opté de notre côté pour le tuk tuk, le bus et nos petits pieds.

Les marais salants

Autour de Kampot il y a plein de marais salants. Nous avons profité d’un après midi pour nous promener à côté des marais (sous 30 degrés et beaucoup d’humidité, sacrée promenade) et nous en avons revu le lendemain depuis une virée en tuk tuk. Comme il avait plu, les marais salants étaient plein d’eau mais donnaient de beaux paysages avec la réflexion des entrepôts de sel dans l’eau. Et puis c’est surtout la campagne aux alentours qui nous a plu, nous avons traversé des rizières (sèches en cette saison) et plusieurs petits villages de pêcheurs. Malheureusement nous avons vu là encore les dégâts de la pollution : des plastiques et des déchets sur chaque m2 de terrain…

Marais salants
Campagne autour de Kampot
Enfants qui se baignent

A noter aussi que la région de Kampot est une province où habitent de nombreux musulmans. Nous avons donc vu plusieurs mosquées au cours de notre balade. Nous avons aussi visité une très jolie pagode au bord de la rivière.

Mosquée
Pagode

Enfin nous avons pu observer un coucher de soleil juste magnifique au dessus de l’eau !

Sunset à Kampot

La terre rouge de la campagne

Lors de notre tour en tuk tuk nous avons emprunté des petits chemins traversant là encore les campagnes cambodgiennes. C’était très joli, parfois bien trempé et surtout la terre était d’une très belle couleur orange ! On aura vu des rizières (malheureusement bien polluées – on voyait dans l’eau les reflets des hydrocarbures), des plantations de maïs, de canne à sucre (on a d’ailleurs goûté le jus avec un peu d’orange, excellent), de piment ou encore de manguiers. On aura aussi croisé plein de vaches, bossues et très maigres… (on ne sait pas trop d’où vient la viande de boeuf que proposent les restos)

Sur la route

On aura par ailleurs appris grâce à notre chauffeur que la région n’a actuellement quasiment plus de bois. La déforestation se fait à grande ampleur au Cambodge et notamment dans la région ; le bois d’ici est largement vendu à l’étranger…

Visite d’une plantation de poivre

Lors de notre tour il était convenu que nous allions visiter une plantation de poivre appelée… “La plantation”. Située non loin du “secret lake” (un lac artificiel construit sous Pol Pot en guise de réservoir d’eau nécessaire à la culture du riz dans la région), cette plantation est assez récente car créée il y a 4 ans par un couple de retraités franco-belges. Elle emploie environ 100 Cambodgiens (auxquels s’ajoutent 150 fermiers en période de récolte) et agit de façon sociale et solidaire auprès de l’école la plus proche (en administrant des bourses d’études, construisant une portion de route aménagée pour les écoliers…) et auprès d’autres ONG.

Vue de La Plantation

La visite a duré quasiment 1h et s’est faite en français. On a pu apprendre pas mal de choses, voir les plantations (chaque liane de poivre pousse sur un tronc d’arbre de 4m de haut recouvert de feuilles de bananier) et déguster différentes sortes de poivres : poivre noir, poivre rouge, poivre blanc et une spécialité de la maison, du poivre noir à la fleur de sel (ils étaient tous très bons !). La plantation produit également du curcuma et des fruits tropicaux. Et enfin elle propose d’autres activités d’agro tourisme qui ne nous ont pas trop emballés (par exemple une balade à dos de buffle).

Le poivre vert de Kampot

#MinuteCulture : le poivre pousse sous la forme d’une liane. Il est originaire du Kerala au sud de l’Inde et il a été importé au Cambodge par les Chinois au XIIIe siècle. Sa production a été fortement développée sous le protectorat français. Ici tous les poivres viennent de la même liane puis la couleur dépend du process de maturation, de date de récolte et de séchage. Le poivre vert est le poivre frais, il doit être consommé rapidement après récolte.

#Attentionauxarnaques : il existe depuis quelques temps une association des producteurs de poivre de Kampot (KPPA) défendant leurs productions ainsi que le label IGP permettant de reconnaître le vrai poivre de Kampot du faux. En effet on trouve ici aussi du poivre venant d’autres régions et même venant du Vietnam ! Le poivre de Kampot est de renommée mondiale et est assez cher, on en achète ici mais il faut donc faire attention à sa source. Sans le bon logo, la présence du sigle KPPA ou encore de l’IGP sur le paquet il ne faut donc pas acheter ! Mieux vaut donc éviter la vente en vrac dans les marchés…

Nous avons pu comparer les poivres de La Plantation à ceux d’une autre plantation cambodgienne ayant un magasin à Kampot (goût / prix / packaging). Même si nous avons trouvé que le poivre à La Plantation était délicieux, nous avons trouvé le concept au global un peu trop marketé avec beaucoup de visiteurs, beaucoup de pub (sur les tuk tuk, dans les hôtels et les restos) et des prix plus élevés que dans l’autre magasin où pourtant le packaging était le même et le goût du poivre tout aussi bon. Nous avons donc fait nos achats dans cet autre magasin 🙂

Les grottes

Au retour de notre visite nous nous sommes arrêtés dans une grotte où on trouve un petit temple. Rien d’extraordinaire mais pas mal quand même. Malheureusement plusieurs enfants nous ont suivis tout du long en espérant recevoir de l’argent… Attention également aux passages que les “guides” de la grotte (on en pas pris, aucun intérêt) essayent de vous faire prendre car c’est très glissant et donc dangereux !

Arnaud dans la grotte

Excursion à Kep

Pour notre dernier jour nous avons choisi d’aller à Kep, ancienne station balnéaire réputée sous le protectorat français et en grande partie détruite sous le régime des Khmers rouges.

Quand on vient à Kep c’est avant tout pour son crabe (bleu). Nous n’avons donc pas échappé a la règle et nous avons visité le marché aux crabes, où les crabes étaient au départ un peu difficiles à trouver ! Tout le marché propose des stands de crevettes et poissons séchés, des brochettes de calamars et de fruits de mer, aussi des fruits et même des fringues… Et tout au bout vers la mer on trouve les poissons et les crabes ! Ceux ci sont dans de grands paniers fermés en bois qui ne sont sortis de l’eau que lorsque des clients en demandent.

Les marchandes de crabe
Crevettes séchées
Brochettes de calamars

Après le marché, place à la dégustation 🙂 Nous souhaitions aller déjeuner au Kimli restaurant mais il était fermé. Nous avons donc opté pour le resto Holy Crab où on s’est vraiment régalé de crabe sauté au poivre vert de Kampot. C’était tout simplement délicieux !!

Plat de crabe au poivre vert
On a remercié les Cambodgiennes en cuisine 🙂
Petit accident de crabe… Ce sera la fin du voyage pour ce tshirt !

Pour digérer tout ça on s’est baladé dans Kep, passant devant la plage appréciée par les locaux en ce samedi, apercevant des singes venant récupérer de la nourriture dans les poubelles, passant devant le monument au crabe de la ville puis dans des rues immenses et désertes… L‘ambiance à Kep était vraiment très étrange, on avait l’impression d’être dans une ville fantôme avec ses anciennes villas détruites et des constructions abandonnées. On aura vu aussi et encore plein de déchets. En bref, Kep si ce n’est son crabe ne nous aura vraiment pas emballés.

Monument au crabe de Kep
Les poissons séchés sont accrochés par des pinces à linge 🙂

De retour à Kampot nous nous sommes baladés sur les quais en regardant des enfants se prendre pour des pilotes de formule 1 puis on sera rentré pour une dernière soirée au bord de la rivière.

Sunset sur les quais de Kampot

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Infos pratiques (1$ = 0,80 euro ; 4 000 riels = 1$) :

  • Van Phnom Penh – Kampot : 3h avec Kampot express réservé en ligne sur Bookmebus, 8$ / personne
  • Hôtel Samon’s village à Kampot : chambre double sans sdb à 10$ / nuit, avec sdb a 15$ / nuit ; propose des petits dej et des plats pour environ 4-5$ ; possible de faire sa lessive, louer un scoot ou un vélo, faire un kayak et une excursion en tuk tuk depuis l’hôtel
  • Trajet hôtel – centre ville : 2$
  • Tour d’une journée en tuk tuk : 25$
  • Visite de La Plantation : gratuite
  • Minibus Kampot – Kep : 3$ / personne (idem au retour)
  • Plat de crabe au poivre vert à Holy Crab : 8,5$
  • Pour goûter à Kampot : Sisters II, la proprio est une Cambodgienne toute mignonne qui fait tous ses gâteaux vendus à 1$ et ils sont très bons (brownie, banana cake, carrot cake…) !

Une réaction au sujet de « Pause salée poivrée à Kampot »

Laisser nous un petit commentaire

Scroll Up