Une semaine de roadtrip en Bretagne

Une semaine de roadtrip en Bretagne

L’été dernier, nous avions une petite semaine de vacances. Une semaine ce n’est pas beaucoup, il fallait donc qu’on trouve une destination relativement peu lointaine de Nantes et à petit budget (retour de tour du monde oblige) : la Bretagne était la destination parfaite !

Un peu comme il y a quelques mois en voyage, nous avons loué une voiture (que dis-je, un bolide ! #Fiat500) pour une semaine de roadtrip dans le Golfe du Morbihan et dans le Finistère Sud. Nous avions initialement prévu de remonter jusqu’à la presqu’île de Crozon, mais c’était sans compter sur une météo plus que capricieuse… Ben oui quoi, nous étions bel et bien en Bretagne ! Cela dit, rien n’arrêtant des aventuriers comme nous, nous avons ajusté notre programme sans problème et avons passé au final une excellente semaine – bien trop courte à notre goût. Sans plus attendre, rentrons dans le vif du sujet avec un petit article retraçant ces quelques jours de périple breton.

Aperçu des étapes de notre roadtrip en Bretagne

Jour n°1 : destination Guidel et le Festival interceltique de Lorient !

Guidel

Partis de Nantes un samedi matin (partir le vendredi soir étant une épreuve compte-tenu des bouchons… 🙁 ), nous avons mis le cap vers Guidel, gentiment invités par une pote qui se reconnaîtra #Mamen. Quelques heures de route et un barbecue plus tard, nous étions sur la côte atlantique pour notre plus grand plaisir ! Notre escale était malheureusement assez courte mais nous avons profité de cette petite balade pour admirer un ensemble de cairns qui donnaient un côté très zen au paysage. Jugez plutôt :

Instant zénitude
Des cairns un peu partout

Lorient et son Festival interceltique

Notre venue à Guidel n’était au fond pas le fait du hasard : tout avait été calculé à l’avance pour que nous puissions nous rendre le soir-même à Lorient, pour son fameux festival interceltique ! Logés par chance gratuitement en plein centre-ville #pinces, nous n’avions plus qu’à faire 2 pas pour nous retrouver au cœur des festivités, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Bretons savent s’amuser ! Remplacez les pintes de bière par des pintes de cidre (ou plutôt, des litres) – tout en gardant les pintes de bière aussi, en fait –, ajoutez des galettes bien remplies (on a testé le “menhir” : galette recouverte de raclette et de pomme de terre… ! Ils sont fous ces Bretons) et surtout une bonne dose de musique celtique, et le tour est joué ! Dans ce festival aux allures de grande fête familiale, les Bretons t’entraînent rapidement danser en ronde avec eux, même si tu ne connais rien aux danses traditionnelles, et surtout on a l’impression que tout le monde se connaît ! C’était notre 1ère fois – nous étions donc forcément émus –, et c’était franchement super chouette. On est reparti de là en se disant qu’on reviendrait, c’est sûr 🙂

Jour n°2 : de Larmor-Plage à Concarneau en passant par Pont-Aven

Larmor-Plage

Après une nuit un peu courte passée à dormir sur un matelas dans un salon (ça nous rappelle notre jeunesse), nous avons repris notre bolide pour repartir vers l’Ouest. Nous nous sommes arrêtés à Larmor-Plage, petit bourg charmant pas très loin de Lorient, pour retrouver de très bons amis (Steph et Raph pour les intimes). Nous en avons aussi profité pour admirer les beaux produits locaux vendus au marché. Ça donne envie, non ?!

Au marché de Larmor-Plage
Les beaux produits de la région

Pont-Aven

Suite à cette brève étape, nous avons repris la route pour rejoindre le charmant petit village de Pont-Aven, connu pour ses galettes mais aussi et surtout pour son école de peinture. Étant donnée la pluie battante à ce moment-là, nous nous sommes réfugiés naturellement au Musée de Pont-Aven, où en plus des très belles collections permanentes se tenait une exposition sur “Le Talisman”, une œuvre célèbre de Paul Serusier (habituellement exposée au Musée d’Orsay à Paris).

Le village de Pont-Aven, sous la pluie

#MinuteCulture : l’Ecole de Pont-Aven est un mouvement artistique du XIXème siècle, regroupant de nombreux peintres parmi lesquels les célèbres Paul Gauguin, Emile Bernard ou encore Paul Sérusier. Ce mouvement tient son nom du fait que tous les peintres ont posé leurs valises et leur chevalet à Pont-Aven, inspirés par les paysages du littoral, des rochers, du fleuve Aden et de la forêt. Le style qui se développe alors est celui du synthétisme, que le peintre Maurice Denis résume de la façon suivante dans Art et Critique de 1890 : “Il est bon de rappeler qu’une image avant d’être un cheval de bataille, une femme dénudée, ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées.” Ce mouvement artistique fait aujourd’hui la renommée du village de Pont-Aven, mais aussi et surtout s’est vu diffuser un peu partout dans le Monde et inspire, toujours aujourd’hui, de nombreux artistes.

Musée de Pont-Aven
Musée de Pont-Aven

Concarneau

N’ayant pas pu vraiment nous balader le long de l’Aven – il y a notamment une jolie promenade à faire le long des moulins –, nous avons repris la route en direction de Concarneau. Le temps de monter notre tente dans un des campings du coin, nous sommes sortis armés de nos K-way pour aller découvrir les lieux. Connu pour sa ville close, Concarneau est un stop très apprécié des touristes en été. Malgré le mauvais temps, il y avait foule pour prendre le bac et pour se promener dans les rues. Au-delà de la découverte de la ville, nous avons surtout apprécié prendre l’air marin sur la côte, déguster des kouign-aman de la Maison Larnicol (une institution en Bretagne) puis terminer la journée avec des bières et un petit picnic face au soleil couchant, tout seuls sur un rocher ! Il en faut peu pour être heureux… 🙂

La ville close de Concarneau
Kouign-aman à la pistache de chez Larnicol : beaucoup trop bon !!
Les remparts de Concarneau
Sunset sur l’océan

Jour n°3 : Fouesnant, Quimper, Plogonnec, Locronan et Plomodiern

Après une nuit pluvieuse à souhait, le temps de ranger notre tente trempée, nous nous sommes mis en quête de trouver un café pour bien débuter la journée ! L’objectif à ce moment-là était de traverser le Sud Finistère, pour rallier le lendemain la presqu’île de Crozon.

Petit stop à Fouesnant

Ni une ni deux, nous nous sommes retrouvés à Fouesnant… dans un PMU !! (On avait déjà testé ça la veille hehe) Ce qu’il y a de cool dans cette région de France, c’est que les gens sont vraiment sympas et d’une grande simplicité : une fois posés en terrasse, nous n’avions plus qu’à commander 2 cafés et à aller chercher des croissants à la boulangerie du coin, nous étions heureux ! Et même si le village en soi n’était pas hyper intéressant, nous avons profité de notre arrêt pour nous rendre à l’église, dans laquelle nous avons pu profiter d’un petit concert d’orgue pas mal du tout 🙂

L’église de Fouesnant

Quimper

A peine une heure plus tard, nous posions le pied à Quimper, une ville dont sans savoir vraiment pourquoi nous n’avions pas un très bon a priori… Seuls les imbéciles ne changeant pas d’avis, nous avons vite revu notre jugement et ce malgré le mauvais temps. Entre la cathédrale Saint-Corentin (dont l’intérieur est très particulier car le choeur est installé de façon décalée par rapport à la nef centrale !), le centre-ville, les ponts fleuris et le très beau Musée des Beaux-Arts, nous n’avons vraiment pas regretté de nous être arrêtés là !

Quimper, vue sur la cathédrale Saint-Corentin
Musée des Beaux-Arts de Quimper
Dans la cathédrale Saint-Corentin de Quimper
Vieille ville de Quimper

Plogonnec

De nouveau sur la route, nous sommes partis en direction de Locronan. Comme nous avions envie d’un peu de calme avant de rejoindre ce village très très très touristique en été, nous nous sommes arrêtés au hasard dans un petit village bien breton. Stop picnic bien kiffant au programme, dans le petit parc entourant l’église du village, au beau milieu des hortensias ! Nous finirons cette étape en visitant l’église du village : un des plus beaux intérieurs que nous avons découverts pendant notre séjour.

Les hortensias, que l’on trouve partout en Bretagne
Intérieur de l’église de Plogonnec

Locronan

Ayant pu profiter de belles éclaircies pour notre déj ce jour-là, nous avons poursuivi notre périple jusqu’à Locronan, un des villages les plus connus de Bretagne ! Classé “cité de caractère” et faisant partie des plus beaux villages de France, Locronan est connu pour son patrimoine architectural. Bon, en été, il faut savoir s’armer de patience : les voitures et cars touristiques affluent, il faut donc attendre pour trouver une place de parking – pour la somme de 5€ d’ailleurs en été, le restant de l’année c’est gratuit… Mieux vaut clairement visiter le village hors saison !

Fidèle à sa réputation, le village nous a offert une visite agréable au milieu de ses maisons et bâtiments en granite.

Locronan, cité de caractère
L’église de Locronan
Jolie maison à Locronan

Plomodiern

Dernière étape de cette journée bien chargée : Plomodiern. Sans avoir réservé alors que nous étions à la veille du 15 août, nous avons eu la chance de trouver un emplacement au camping Pors Ar Vag – qui n’est pas de la 1ère fraîcheur on l’avoue mais dont les propriétaires sont très sympas. Juste le temps d’installer notre tente comme chaque soir jusque là, nous avons filé vers l’océan pour une petite balade sur la côte. La marée étant montante, nous avons dû aller vite, escaladant les rochers, pour rejoindre l’étendue de sable encore accessible de la longue plage qui borde la côte. Le spot est visiblement connu des surfers et des kitesurfers qui se faisaient bien plaisir avec les vagues.

Sur la côte de Plomodiern

Une fois rentrés de cette promenade nous avons préparé notre picnic et marché jusqu’à la pointe de Tal Ar Grip, à quelques centaines de mètres du camping. Nous n’avions rien lu à propos de ce spot, nous étions juste heureux d’avoir le soleil avec nous et d’en profiter en cette fin de journée ! Nous n’avons pas été déçus : la lande était baignée de lumière, nous nous sommes posés à un endroit parfait pour dîner au-dessus des falaises, et avons admiré un magnifique coucher de soleil en profitant d’une solitude parfaite.

Campagne bretonne au soleil
Sunset sur les bruyères à Plomodiern
Nous face au coucher de soleil à Plomodiern
Retour de surf et fin de journée, à Plomodiern

Jour n°4 : direction Douarnenez puis le Cap Sizun

En ce 4ème jour de roadtrip, nous étions normalement destinés à rejoindre la presqu’île de Crozon et ses superbes criques dignes du Sud de la France. C’était sans compter sur la météo extrêmement mauvaise et les hordes de touristes qui envahissent ce petit coin de paradis au mois d’août… Alors que la pluie tombait sans discontinuer, nous avons pris quelques minutes de réflexion dans le PMU de Plomodiern (et oui, on est devenu fan des PMU !), et après avoir interrogé les commerçants du coin – et non sans une petite déception – nous avons décidé de changer de programme. Tanpis pour Crozon, nous y reviendrons une autre fois !

Nous avons donc rebroussé chemin, heureux de nous réfugier dans notre petite Fiat 500 : nous avons ainsi décidé de rejoindre l’extrême Ouest du Sud Finistère.

La plage du Ris

Juste avant Douarnenez se trouve une très belle plage, que nous avions découverte en peinture au Musée des Beaux-Arts de Quimper.

La plage du Ris, en peinture

Malheureusement pour nous, le temps n’étant pas au beau fixe, nous n’avons pas eu la même vue ! On imagine néanmoins que le coin est magnifique quand le ciel est bleu 🙂

La plage du Ris, par mauvais temps : il n’y a pas foule apparemment !

Douarnenez

Après une petite balade dans le froid, nous avons arrêté notre bolide à Douarnenez, dont le nom on l’avoue nous fait un peu marrer. On en profite pour faire ici une petite dédicace à nos chers amis de tour du monde Pauline et Ludo, ils sauront pourquoi 😉 On doit reconnaître qu’on a pas été transcendé par cette ville, qui par mauvais temps semblait peu conviviale. Les lieux peuvent néanmoins plaire aux amateurs de pêche – un petit passage au port et à la criée n’est pas de trop – et aux amateurs de bateaux – avec une visite du “port musée” de la ville.

La spécialité du coin : la sardine !

La pointe du Millier

Tous nos arrêts suivants nous ont emmenés loin des villes et des villages : nous avons enchaîné une succession de petites promenades tout au long de la côte nord du Cap Sizun, et malgré le mauvais temps, c’était juste magnifique !

Notre 1er arrêt dans les environs nous a fait découvrir la pointe du Millier, avec ses petites criques et ses falaises, et en contrebas sa forêt et son moulin. C’est là que nous avons découvert la végétation typique des sentiers côtiers de Bretagne : bruyères, genêts et autres fougères.

Végétation le long du GR34
Tranquillité à la pointe du Millier
Petite crique à la pointe du Millier

La pointe de Beuzec

Quelques kms plus loin, nous sommes arrivés à la pointe de Beuzec, que nous avons découverte en marchant dans la brume. L’atmosphère était donc quelque peu mystérieuse, l’endroit n’en restant pas moins beau, bien au contraire.

Nous le long du sentier menant à la pointe de Beuzec
Le long du sentier menant à la pointe de Beuzec

Le gris ternit malheureusement les couleurs, mais on devinait déjà à quel point l’eau pouvait être turquoise par beau temps !

La pointe de Brezellec

Encore un peu plus loin, nous avons marché quelques mètres le long de la pointe de Brezellec, d’où l’on peut apercevoir en contrebas un joli petit port.

Le port de Brezellec

La pointe du Van, dans la brume

Après avoir repris la route puis après avoir posé nos affaires au camping Keringard (charmant, installé dans un ancien corps de ferme), nous avons souhaité découvrir la pointe du Van, un des spots les plus réputés de la région. Nous avons dû composer là encore avec la brume, mais peu importe, cela donnait un petit côté magique aux paysages.

Le long du sentier menant à la pointe du Van, dans la brume

Un peu déçus de ne pas pouvoir admirer un coucher de soleil au-dessus des falaises, nous avons clôturé notre journée par un picnic à côté de la tente – car en ce soir de 15 août, la crêperie du coin affichait complet ! Pour nous remonter le moral, quoi de mieux qu’une petite salade au thon ?! #souvenirsdetourdumonde

Jour 5 : de la pointe du Van à la pointe du Raz par le GR34

En cette nouvelle journée, nous étions plein d’espoir quant à l’idée d’avoir un peu de soleil (surtout moi en fait, n’arrêtant pas de dire à Arnaud “j’en suis sûre, il va revenir !”, peine perdue). Le soleil n’a pas été vraiment de la partie ce jour-là, mais peu importe, nous étions motivés pour faire cette rando de 12 km aller-retour sur le GR34 ! Et quelle rando !

La balade fait honnêtement partie des plus belles que nous avons faites en France, elle permet d’avoir des vues à couper le souffle au-dessus de l’océan atlantique. On se croirait presque en Irlande ou en Écosse… ce qui nous donnerait d’ailleurs des idées pour de prochains voyages ?

Le GR34 sur cette portion permet de partir de la chapelle Saint-They, de descendre et remonter le long des falaises, d’admirer la lande et sa belle végétation, pour ensuite longer la baie des Trépassés et retrouver le sentier le plus fréquenté du coin : celui qui va jusqu’à la pointe du Raz.

Début de la rando, avec vue sur la chapelle Saint-They près de la pointe du Van
Falaises bien déchiquetées
Les couleurs le long du sentier
La longue plage bordant la baie des Trépassés

La pointe du Raz fait partie des lieux les plus réputés du Sud Finistère, souvent classé 3 étoiles selon les guides. Définie comme “chef d’œuvre de la nature”, la pointe du Raz offre un décor incroyable de falaises déchiquetées, contre lesquelles les flots des vagues explosent pour le plus grand bonheur des yeux. Les touristes sont donc très nombreux, mais il est facile de les éviter dès lors que l’on s’éloigne en faisant parfois un peu de gymnastique pour se retrouver tout seuls face à la pointe de la pointe et face au célèbre phare de la Vieille.

Vue sur le phare de la Vieille depuis la pointe du Raz
… en bonne compagnie 🙂

Le chemin retour pourrait paraître monotone mais il n’en est pourtant rien étant donnés les changements de marée. Les paysages sont vraiment magnifiques, même sans soleil ni ciel bleu !

De retour de la pointe du Raz
Une des criques le long du GR34, à marée basse
Vue sur les fougères, la lande et l’eau turquoise
Retour à la chapelle de Saint-They, à la pointe du Van

La pointe de Castelmeur

Comme nous n’avions pas marché assez (!), nous avons terminé notre journée à la pointe de Castelmeur, en remontant à l’est de la pointe du Van. Toujours les mêmes falaises, toujours la même végétation, et au loin : l’extrémité Sud de la presqu’île de Crozon !

Vue sur la côte et le Sud de la presqu’île de Crozon, depuis la pointe de Castelmeur
Instant détente

Jour n°6 : destination le Golfe du Morbihan

Comme nous avons changé de programme en cours de route, vous comprenez bien que nous avons composé avec l’imprévu. Comme nous l’avons bien compris pendant notre tour du monde, la magie du voyage réside dans les rencontres mais aussi dans les retrouvailles et les échanges avec d’autres voyageurs. A l’instant où nous étions en Bretagne, nous avons eu la chance d’y retrouver plusieurs de nos amis et ce dès le début de notre périple. En ce 6ème jour de roadtrip, via la magie de l’Internet, nous échangions tranquillement avec une amie de ma promo à l’ESCP, qui figurez-vous était à quelques jours de tout quitter pour partir plusieurs mois en Amérique du sud. L’occasion était trop belle : nous avons donc décidé de rejoindre Vannes le soir-même, invités par cette amie adorable qui s’appelle Maïlys 🙂

Passage par Pont-Croix

Avant de quitter définitivement le Finistère Sud, nous sommes passés par Pont-Croix, petit village de caractère connu notamment pour sa très belle église.

L’église de Pont Croix
Intérieur de l’église de Pont-Croix

Déjeuner à Plouharnel

Ensuite, nous avons donc roulé plusieurs heures afin d’arriver dans le Golfe du Morbihan. Nous hésitions à faire un stop sur la presqu’île de Quiberon, ou à Carnac, mais les embouteillages ont eu raison de nous – les lieux sont hyper fréquentés autour du 15 août ! Sur les conseils de Maïlys, nous avons fait un stop à Plouharnel pour le déj, et c’était plutôt cool 🙂

La Trinité-sur-Mer

Nous avons enchaîné avec un petit passage à la Trinité-sur-Mer, entre 2 averses, histoire d’apercevoir au loin des ostréiculteurs en plein travail.

Le port de la Trinité-sur-Mer
Ostréiculteurs à la Trinité-sur-Mer

Moment improbable de la journée : nous avons ensuite fait un court arrêt dans un parc d’accrobranches, pour retrouver une amie et ex-collègue (Camille) qui venait d’accoucher !

Auray

Nous avons enchaîné avec un autre court arrêt, à Auray. Très joli village notamment avec le quartier de Port Saint-Goustan, Auray est réputé dans les guides et il y avait donc là encore beaucoup de touristes. Malheureusement pour nous, le temps était bien gris et donc tristounet, mais nous y reviendrons sûrement !

Port Saint-Goustan, à Auray

Découverte de Vannes et de la presqu’île de Conleau

Quelques heures plus tard, nous avons mis le pied à Vannes, la ville la plus célèbre du golfe. Nous y avons été accueillis comme des rois par Maïlys, que l’on tient vraiment à remercier de loin ! Le temps a filé hyper vite, entre apéro – Maïlys nous a fait goûter des bières bretonnes 😉 –, échanges de conseils et de vécu en tour du monde, balade sur la magnifique presqu’île de Conleau puis autour des remparts de la vieille ville de Vannes…

Fin de journée ensoleillée à Vannes
Vannes et ses maisons à colombages

Nous avons enchaîné avec un dîner super chouette et délicieux à la crêperie Dan Ewen, à goûter du lait ribot – une spécialité dont raffolent les “vrais” Bretons apparemment : il s’agit de lait caillé ! –, se goinfrer de crêpes, de chouchen et de cidre, et à continuer nos discussions en préparation du grand voyage de Maïlys. D’ailleurs, si vous souhaitez la suivre, voici l’adresse de son blog : https://offdutyadventures.com/ !

Jour n°7 : (petite ?!) rando autour de Vannes

En ce 7ème jour, après avoir pris un café dans un endroit trop chouette de la presqu’île de Conleau – le Corlazo, spot vraiment trop bien, toujours avec Maïlys, nous avons choisi de faire une rando dans le golfe du Morbihan. Moi qui avais dit à Arnaud que la balade serait courte, il n’était pas au bout de ses peines ! En réalité, nous avons marché 17 km 🙂

La lumière du matin à Conleau

Juste après avoir quitté Maïlys, nous avons pris un petit bateau afin de passer de l’autre côté de l’océan, à Bararac’h. Drôle de situation car nous avons dû appeler le capitaine de ce petit bateau en agitant un drapeau ! C’est comme ça que ça marche dans le coin 🙂

Nous avec Maïlys
Arnaud appelant “Le Petit Passeur”

Nous étions tout seuls sur le bateau et le capitaine était trop cool. Nous avons débattu avec lui de l’appartenance de Nantes à la Bretagne – le débat qui fait hérisser les poils de tous les Bretons ! On adore lancer cette discussion ! – et sa répartie nous a fait bien marrer, lui qui en fait était Bourguignon… 🙂

Une fois arrivés en face nous avons pu débuter notre balade, passant à côté du charmant port de Port-Anna, puis à travers les marais, le long de petites plages et de cultures ostréicoles. La rando se faisait sur chemin plat donc ce n’était pas difficile en soi, et c’était vraiment mignon ! Ce qui est sûr, c’est que les paysages du Golfe du Morbihan sont bien différents de ceux du Finistère.

Port-Anna
Marais du golfe du Morbihan
Le chemin au milieu des marais
Dans le Golfe du Morbihan

Nous avons profité d’une petite plage pour faire un stop picnic. Mais là, catastrophe pour Arnaud : nous avions oublié le pâté !! Alias le pâté d’andouille de guémené que nous avait si gentiment préparé Maïlys… Nada, il n’était pas dans nos sacs, nous l’avions oublié ! Il fallait voir la tête d’Arnaud qui était dégoûté car il n’attendait que ça depuis la matinée 🙂 De nouveau en piste, nous n’avions plus qu’à tenter de trouver quelques petites choses à manger au village de Séné, sachant qu’il n’y avait rien sinon aux alentours. On aura fini au Carrefour City avec des mets industriels… Heureusement que la vue et la sérénité de la solitude auront compensé ce repas raté ! 🙂

De retour à Vannes après cette longue rando que l’on sentait au niveau de nos jolis fessiers, nous avons repris nos affaires et la voiture pour aller à Arradon : l’intérêt ici était d’admirer la célèbre maison rose qui se trouve de l’autre côté sur la presqu’île de Séné mais qu’on ne pouvait pas voir le matin même depuis le chemin de rando.

La maison rose de Séné

#MinuteCulture : la maison rose de Séné est un emblème du Golfe du Morbihan. Construite en 1879 par un ostréiculteur de Vannes, elle est aujourd’hui une propriété privée. C’est un repère pour les marins du golfe qui entrent à Vannes.

Suite à cela, nous sommes revenus dans le centre-ville de Vannes. Au programme de ce soir-là : de nouvelles retrouvailles avec notre pote Raph, pour un petit tour au soleil dans le port et pour un dîner trop trop bon à la crêperie L’Atelier !

Le port de Vannes au soleil
Les maisons colorées à colombages de Vannes
Nous et Raph

Suite à ce super dîner, nous avons repris notre bolide pour un ultime trajet : retour au bercail, chez nous à Nantes !

Ce que nous retenons de notre roadtrip en Bretagne

Malgré la météo capricieuse qui nous a fait changer de programme, nous sommes revenus de Bretagne absolument enchantés ! C’est une région dont nous aimons dire que nous sommes tombés amoureux, parce qu’on l’a trouvée belle, parce que nos rencontres nous ont plu, parce qu’on s’y est senti bien.

Voici pêle-mêle les remarques que nous avons écrites dans nos petites notes lors de ce voyage, de toutes les choses que nous gardons en mémoire :

  • La gastronomie, et oui forcément ! Qui n’est pas fan de galettes bretonnes ici ?! Nous n’avons pas pu aller au resto tout le temps – budget voyage oblige, et aussi parce que nous aimons garder nos habitudes un peu roots de voyageurs #sandwichauthon –, mais dès que nous avons mangé local, nous nous sommes régalés ! Entre les galettes, les crêpes, les bières, le cidre, le far breton ou encore les très célèbres et bien gras kouign aman… et encore, nous n’avons pas mangé de fruits de mer… Nous nous sommes régalés !! (ouais on sait, on se répète)

Orgie de galettes, souvenir de la crêperie L’Atelier à Vannes
  • La végétation, le long des sentiers côtiers : un plaisir pour les yeux ! Les paysages dégagent une telle sérénité, c’est magnifique.

Bruyères et fougères dans la brume
  • Les villes fleuries, un peu partout : toutes les villes et les villages que nous avons traversés étaient remplis de fleurs, là encore un plaisir pour les yeux, et une impression de qualité de vie !

Sur un pont surplombant l’Odet, le fleuve qui traverse Quimper
Pont fleuri à Quimper
Village fleuri breton
  • Les champs de maïs, que nous avons observés à perte de vue le long de la route… Avec ou sans pesticides ? Nous n’avons pas la réponse à cette question.

Champs de maïs à perte de vue
  • Les couleurs, notamment le vert et le bleu turquoise : les couleurs de la lande et de l’océan nous ont impressionnés, tout simplement.

Vert et bleu turquoise
  • La beauté de la lumière en fin de journée, notamment quand nous avions la chance que le soleil fasse son apparition. La lande devient alors presque dorée !

Lumière de fin de journée à Plomodiern
  • L’architecture bretonne, toute en simplicité et faite de belles pierres… Avec bien souvent des plants d’hortensias devant les maisons, le tout dégageant beaucoup d’harmonie.

Architecture bretonne, à Locronan
  • La qualité de balisage des sentiers côtiers : un vrai plaisir de marcher sur des chemins si bien entretenus !

  • Le nombre de Néerlandais et d’Allemands que nous avons croisés, particulièrement le long de la baie des Trépassés ! Fans de surf et amateurs de voyage en van et en camping car, nous en avons vu un gros paquet !

  • La pollution, que nous avons pu observer dans la laisse de mer notamment à Plomodiern ou le long de certains sentiers. Filets de pêche, papiers, plastiques… Ce triste spectacle, dont nous avons tellement parlé car observé en tour du monde, nous désole une fois encore.

Mais pour finir sur une note positive :

  • La gentillesse des locaux : les Bretons nous font un peu penser aux Corses, au sens où ils aiment profondément leurs terres et les défendent coûte que coûte. Cela explique d’ailleurs peut-être pourquoi les réserves naturelles sont si bien préservées. Cela explique aussi sûrement pourquoi les écoles qui enseignent les cours en breton sont de plus en plus nombreuses. Partout où nous avons été, nous avons été bien accueillis, ce qui est vraiment appréciable quand on voyage 🙂 Nous aurons pu noter d’ailleurs que les Bretons ont un certain sens de l’humour, voyez plutôt !

Humour breton 🙂
  • L’amour qu’ont les Bretons pour la mer et l’océan : car oui, la Bretagne c’est avant tout l’amour de la mer et de l’océan ! Que ce soit en bateau, à la pêche, autour des fruits des mer, ou encore en surf ou en kitesurf… L’amour de l’eau salée s’exprime absolument partout en Bretagne !

Apprentissage du surf dès le plus jeune âge !

En bref, vous l’aurez compris : on a vraiment adoré notre semaine en Bretagne, et nous sommes pressés d’y retourner tant la région a de coins incroyables à offrir !

Pour voir en vidéo ce que nous avons vécu, c’est par ici !

A bientôt pour de nouvelles aventures 🙂

Claire & Arnaud

Infos pratiques :

  • Location de voiture : Fiat 500 louée chez Loc Eco à Nantes, 260€ la semaine
  • Festival interceltique de Lorient : chaque année mi août, prix d’entrée 5€ / personne ; à l’intérieur, prix d’une galette environ 7€, crête sucrée 2,50€, pinte de cidre 6,80€
  • Musée de Pont-Aven : horaires d’ouverture disponibles ici, prix d’entrée 8€ / personne
  • Musée des Beaux-Arts de Quimper : horaires d’ouverture disponibles ici, prix d’entrée 5€ / personne
  • Camping Le Moulin d’Aurore 2 étoiles à Concarneau : 18,50€ / nuit pour un emplacement sans électricité en haute saison ; pas incroyable mais très correct notamment avec de nouveaux sanitaires
  • Pour déguster un bon kouign aman à Concarneau, Quimper et ailleurs en Bretagne : Maison Georges Larnicol
  • Camping Pors Ar Vag à Plomodiern : 17,75€ / nuit pour un emplacement sans électricité en haute saison ; pas de première fraîcheur, peu de sanitaires, mais proprios très sympas
  • Camping vert Keringard à Beuzec Cap Sizun : 22,50€ / nuit pour un emplacement sans électricité en haute saison ; pas beaucoup de sanitaires mais très bel espace dans un ancien corps de ferme et propriétaires très gentils
  • Café sympa pour déjeuner à Plouharnel : ESB Café, environ 13,50€ pour un burger, 12,50€ pour une salade et 6€ pour un smoothie
  • Crêperies à ne pas rater à Vannes : Dan Ewen et L’Atelier, réservations conseillées en haute saison
  • Super spot café sur la presqu’île de Conleau : Le Corlazo, au bord de l’océan !

Laisser nous un petit commentaire

Défiler vers le haut